Frédéric Farah – L’ordolibéralisme allemand : comment il a inspiré – et corsète encore – la construction européenne

La construction européenne fait l’objet d’un « débat interdit » si l’on croit l’économiste Jean-Paul Fitoussi [4]. À tout le moins ses institutions, son fonctionnement, ses soubassements intellectuels sont mal connus. Le récit parfois un peu hagiographique du rôle des pères de l’Europe masque souvent la complexité des motifs politiques et des orientations philosophiques qui ont présidé à l’aventure européenne après la Seconde Guerre mondiale. L’ordo-libéralisme en est l’une d’entre elles. Il suffit de penser aux principes qu’il lègue à l’Union comme la promotion de la concurrence non faussée, l’indépendance de la Banque centrale et bien d’autres encore. Cette école de pensée allemande est le fruit de la crise des années 1930. De cette dernière, on retient souvent la révolution keynésienne, mais l’on oublie que le libéralisme lui-même a fait l’objet d’une vaste entreprise de refondation issue du débat entre les libéraux imprégnés du libéralisme manchestérien et des nouveaux libéraux qui ont refusé de croire aux seules vertus du laisser-faire et du laisser-passer. Pour ces derniers, les forces du marché devaient s’inscrire dans un ordre économique et social plus vaste à même d’assurer son efficacité et sa légitimité sociale. L’ordo-libéralisme allemand comme son nom l’indique participe activement à cette refondation. C’est après la guerre que ce courant fait florès et nourrit les fondements économiques et politiques de la République fédérale Allemande et aussi de la toute jeune construction européenne. Ses principes mâtinés avec d’autres orientations libérales ont dessiné très largement le projet politique européen. Mais leur rappel avec parfois trop de rigueur dans la gestion de la crise des dettes européennes, commencée à l’automne 2009, a fait l’objet de contestations fortes. L’ordo-libéralisme semble perdre de sa légitimité.

allemagne-ordoliberalisme
Walter Euken / Ludwig Erhard / Wolfgang Schäuble

La naissance du courant lors de la crise des années 30

La querelle des anciens et des nouveaux libéraux

La crise des années 1930 a été aussi une crise de l’analyse économique dominante et ainsi du libéralisme économique. Karl Polanyi a dans son ouvrage majeur La Grande transformation parlé de la mort de l’utopie libérale du marché auto-régulateur. Mais, loin d’être une doctrine figée, le libéralisme va procéder à une révision de son corpus d’idées. L’ancien libéralisme ou paléo-libéralisme [2] s’oppose à un nouveau libéralisme qui lui reproche d’être devenu une nouvelle religion qui fait de la liberté individuelle une fin en soi et qui néglige les aspirations à la dignité et à l’intégrité des personnes. D’un point de vue économique, les néo-libéraux refusent de croire que le marché livré à lui-même conduit à l’optimum économique et social. Mais il n’est pas possible d’imaginer ces néo-libéraux (le terme apparaît en 1938) comme un groupe animé par une communauté de vue sur les préconisations à mettre en œuvre. Si leurs positions ne s’inscrivent ni dans une perspective de planification de type socialiste ou une intervention économique active d’inspiration keynésienne, il n’en reste pas moins marqué par des divergences d’appréciation comme en témoigne le colloque Lippmann d’août 1938 (Voir un petit éclairage sur le colloque Lippmann ici). Lors de cette rencontre, l’ordo-libéralisme incarné par Alexander Rüstow et Wilhelm Röpke y joue un rôle clef. Ils veulent dessiner une troisième voie entre le laisser-faire et le socialisme, et se font critique du libéralisme des xviiie et xixe siècles.

Wilhelm Röpke dans son ouvrage La crise de notre temps affirme : « on a prétendu sérieusement que l’économie de marché réglé par la concurrence représentait “un ordre naturel” qu’il suffisait de libérer de toutes les entraves et de toutes les interventions pour qu’elle fonctionne normalement […]. Avec la foi naïve et caractéristique du Siècle des lumières, on prenait pour une plante naturelle ce qui n’était en réalité qu’un produit artificiel et combien fragile de la civilisation […]. La nécessité de donner à l’économie un cadre fixe n’était pas comprise. » [6].

1371131705-riepke-02

Les ordo-libéraux ont donc voulu penser ce cadre ou bien cet ordre.

Les fondements économiques et politiques de l’ordo-libéralisme allemand

L’idée est donc d’établir sous forme d’une constitution, un ordre économique et social qui précise les libertés et les règles auxquelles seront soumis les opérateurs privés et publics. Le droit joue dans cette perspective un rôle clef puisqu’il appartient à l’État d’assurer par des dispositifs juridiques, le respect des principes concurrentiels. Mais ce même droit enserre l’action économique et politique de l’État. Il y a ici une promotion de la règle.

Walter Eucken rappelle en la matière des principes clefs : « [Les classiques] croyaient que l’ordre naturel se réalise spontanément et que le corps de la société n’a pas besoin d’un “régime alimentaire rigoureusement déterminé” (Smith), donc d’une politique déterminée de mise en ordre de l’économie pour prospérer. On en vint par-là à une politique du “laisser-faire” et avec elle la naissance de formes d’ordre dans le cadre desquelles la direction du processus économique laissa paraître des dommages importants ».

walter-eucken-20111226-size-598
Walter Eucken

Dans la perspective ordo-libérale, il s’agit de promouvoir un système concurrentiel dans lequel le processus économique est coordonné par le mécanisme concurrentiel des prix tandis que le cadre de ce processus est organisé par l’État. Par ce biais, le danger du dirigisme est contenu sans pour autant céder à un simple laisser-faire. Pour asseoir cet ordre, certains principes constituants doivent être mis en œuvre. L’ordo-libéralisme rejette l’idée de l’harmonie des intérêts qui spontanément feraient régner un ordre. L’interaction libre des individus dans le cadre du marché ne débouche pas obligatoirement sur un optimum économique et social.

Les principes mis en avant sont la liberté économique, le principe de solidarité envers les exclus du système de production et des catégories de la population les plus démunies, le principe du libre accès au marché, de la libre concurrence dont le respect doit être garanti par une autorité autonome des cartels et des monopoles, le maintien de la stabilité monétaire qui est confié à une banque centrale indépendante. La politique budgétaire doit viser l’équilibre des finances publiques et l’endettement est autorisé pour financer les investissements productifs. Mais le principe qui couronne l’ensemble est le principe de conformité à la logique du système économique. Il se décline de deux manières :

la conformité statique, c’est-à-dire le fait de ne pas entraîner de quelque manière la paralysie du mécanisme des prix, régulateur indispensable du processus ;
la conformité dynamique, c’est-à-dire le fait de ne pas créer ou supprimer des structures ou des comportements nuisibles ou au contraire utiles à la concurrence et au développement de l’économie de marché.

Ces principes constituants, pour être mis en œuvre doivent s’appuyer sur des politiques conjoncturelles, structurelles et sociales. Elles ont une vocation ordonnatrice et régulatrices. La politique structurelle doit créer les conditions d’une croissance durable : soutien à la recherche, à la formation, privatisation, soutien transitoire à des secteurs en difficulté mais sans contrarier les tendances du marché, libéralisation progressive des marchés et encouragement au libre-échange.

La politique conjoncturelle doit être une politique de stabilité et ne pas se traduire par une surréaction face aux cycles qui constituent une respiration normale du marché. La politique monétaire doit créer un environnement stable pour les agents et assurer la stabilité des prix. La politique budgétaire doit rechercher l’équilibre budgétaire. En cas d’exceptionnels mouvements cumulatifs de surchauffe ou de dépression, une action de l’État d’ordre conjoncturel et réglementaire peut être envisagée. Mais elle ne doit pas être durable et doit rester d’ampleur limitée. Quant à la politique sociale, elle doit se fonder sur les progrès économiques pour mettre en œuvre une certaine solidarité sans pour autant déboucher sur des principes de redistribution généralisée. Dans la perspective ordo-libérale, il s’agit de cibler les actions sur les personnes les plus en difficulté et d’évaluer leurs besoins en fonction des solidarités familiales dont ils peuvent jouir. Les prestations doivent être dégressives en fonction de leurs revenus. Les individus doivent avant tout compter sur leur travail, leur épargne ou encore leur sens de l’initiative. (Voir un petit éclairage sur l’Ecole de Fribourg ici).

L’après Seconde Guerre mondiale ou le temps de l’essor

 

L’économie sociale de marché ou le malentendu

L’ordo-libéralisme connaît son expansion en Allemagne fédérale après la Seconde Guerre mondiale. En 1961-1962, Wilhelm Röpke devient président  de la société du Mont Pèlerin chargé de promouvoir les idées libérales. Le succès est un peu inattendu, car le climat de l’époque est marqué par une défiance à l’égard du libéralisme et du capitalisme. La CDU ou chrétiens démocrates, parti politique naissant, s’inspire d’un christianisme social ou même d’un socialisme chrétien et les socio-démocrates du SPD se réfèrent au marxisme. Mais en 1948, les autorités d’occupation nommèrent Ludwig Erhard, ministre de l’Économie. Ce dernier fit appel à de nombreux ordo-libéraux dont l’un d’entre eux, Alfred Müller-Armack, qui allait forger l’expression célèbre « l’économie sociale de marché ».

alfred-muller-armack
Alfred Müller-Armack

Müller-Armack est l’un des négociateurs du traité de Rome et devient en 1958 secrétaire d’État chargé des affaires européennes. L’ordo-libéralisme joua un rôle clef dans l’élaboration du système et des politiques économiques allemandes comme l’illustre le statut de la Bundesbank en 1957. La Banque centrale est indépendante et n’est pas soumise aux directives du Gouvernement. L’État ne doit pas intervenir par une politique laxiste qui pourrait favoriser l’inflation ou rigidifier les marchés. Mais la politique sociale que l’Allemagne mettra en œuvre au cours des années 1960 n’aura pas pour inspiration l’ordo-libéralisme. Et c’est là que surgit toute l’ambiguïté de l’expression « économie sociale de marché ». Le terme social n’est en rien synonyme d’État providence. Pour les ordo-libéraux, il renvoie à une société fondée sur la concurrence comme type de lien social. Ce type de société érige en principe premier les choix souverains des individus. Ce terme désigne aussi les fruits positifs des forces du marché. Mais l’économie sociale de marché n’est pas non plus l’économie libérale de marché. En effet, l’économie de marché est voulue par une société, mais l’ordre de marché est un construit déterminé par les buts de la société. Le social peut aussi bien dire une réalité forgée par l’action de l’État que la croyance dans les bénéfices du marché. Encore une fois, l’économie sociale de marché est différente de l’État-providence. L’État social pour les ordo-libéraux est un mal nécessaire mais dont il faut limiter l’expansion.

Wilhelm Röpke affirme : « La fatalité veut qu’il soit extraordinairement difficile de réagir pendant qu’il est encore temps contre les démagogues sociaux qui utilisent les promesses de l’État providence et de la politique inflationniste en vue de la corruption politique des masses » [7].

Autrement dit, l’inflation comme l’État providence offrent de faux remèdes et permettent d’obtenir des gains électoraux pour des politiques peu scrupuleux. La politique sociale pour ce courant se réduit à une législation protectrice mais a minima des travailleurs et à une redistribution fiscale limitée. Il importe que les agents puissent toujours participer au jeu du marché. La mise en œuvre stricte des principes ordo-libéraux court en fait de 1948 à 1966. Mais de 1966 à 1982, avec la présence d’hommes politiques socio-démocrates comme Willy Brandt ou Helmut Schmidt, des orientations plus welfaristes ou d’inspiration keynésienne nuancent les principes ordo-libéraux. Au cours de la période 1982-1998 avec l’accession au pouvoir d’Helmut Khol, des inflexions libérales se font remarquer en matière économique mais l’édifice social bâti par la génération précédente demeure. Il faut attendre 1998 et les gouvernements de Gerhard Schröder puis d’Angela Merkel pour voir un retour plus net à l’inspiration ordo-libérale avec les réformes de l’État social Allemand. On peut penser à la réforme du marché du travail qui se doit de devenir plus flexible, la réforme du système de santé qui augmente la ponction des assurés. Ces réformes mettent en œuvre un principe ordo-libéral clef : la priorité de la production par rapport à la redistribution. Il importe de ne pas confondre une forme allemande de capitalisme, le capitalisme rhénan défini en son temps par Michel Albert, et l’économie sociale de marché. En effet, le modèle allemand porte dans son histoire deux composantes : l’une plus libérale et l’autre plus welfariste. La première plus ordo-libérale et l’autre plus socialisante. Ces deux dimensions entrent en tension et le choix libéral semble désormais l’emporter.

L’ordo-libéralisme et la construction européenne

L’ordo-libéralisme ne connaît pas seulement une fortune dans l’Allemagne d’après-guerre, il va devenir progressivement l’un des piliers doctrinaux de l’Union européenne et ce dès les débuts de l’aventure européenne. Il convient d’abord de ne pas oublier que la construction européenne est aussi et surtout le fait d’hommes engagés dans leur siècle. On peut penser à Robert Marjolin ou Jacques Rueff. Ce dernier écrit en 1958 : « Le marché institutionnel est ainsi l’aboutissement et le couronnement de l’effort de rénovation de la pensée libérale qui a pris naissance il y a une vingtaine d’années, qui sous le nom de libéralisme, ou de libéralisme social, voire de socialisme libéral, a pris conscience progressivement de ses aspirations et des méthodes propres à le satisfaire. » [3].

Ce marché prend la forme du traité de Rome en 1957, mais non sans complexité, car ce traité est un compromis avec d’autres principes davantage issus d’un certain fédéralisme ou d’une logique plus interventionniste. En effet, le traité illustre de manière complexe un double compromis entre une position française alors favorable à l’élaboration de politiques communes et la position allemande elle-même, fruit d’un compromis entre le courant fédéraliste et le courant ordo-libéral [3]. Pour ce dernier, il fallait envisager une intégration fonctionnelle des marchés c’est-à-dire la mise en œuvre progressive de la libre circulation des biens, des services et des capitaux. Le traité fondateur de la communauté européenne en porte la marque à l’article 3, visant «l’établissement d’un régime assurant que la concurrence n’est pas faussée dans le marché commun ». Ce même document rappelle également avec force les quatre libertés fondamentales qui nécessiteront plus de cinquante ans de mise en œuvre pour les voir réellement appliquées : liberté de circulation des personnes, des marchandises, des services et des capitaux.

Signature des traités CEE et CEEA (Rome, 25 mars 1957)
Signature des traités CEE et CEEA (Rome, 25 mars 1957)

Le traité de Rome établit donc la coexistence de différents principes, celui de la concurrence comme celui plus interventionniste des communautés (nucléaire, charbon, agriculture). Cette cohabitation se remarque dans l’organisation des services publics puisque les monopoles d’État chers à la France en matière d’énergie, de transport, de télécommunications peuvent demeurer. Mais le principe concurrentiel va grandissant et tend à devenir hégémonique. À partir des années 1970-1980, il ne s’agit plus de « fabriquer l’ordre de la concurrence par la législation européenne, mais fabriquer la législation européenne par le libre jeu de la concurrence. Ce qui semble se dessiner aujourd’hui c’est une sorte de mutation de certains courants de l’ordo-libéralisme, témoignant d’une convergence de plus en plus grande entre les deux “souches” principales du néo-libéralisme, la souche allemande et la souche austro-américaine » [3]. Cette centralité du principe de la concurrence à partir du Marché unique explique le poids de la direction générale de la Concurrence de la Commission. Jean-Paul Fitoussi dans son ouvrage La règle et le choix en 2004 [5] souligne l’existence d’un gouvernement économique de fait en Europe composé de la Banque centrale européenne, de la direction générale de la Concurrence de la Commission et du Pacte de stabilité.

La concurrence comme principe clef est renforcée par la mise en œuvre d’orientations ordo-libérales dans le domaine de la politique économique conjoncturelle. Cette dernière doit être inscrite dans le cadre de règles qui limitent l’interventionnisme de nature keynésienne. Le traité de Maastricht et le Pacte de stabilité et croissance limitent les déficits budgétaires à 3 % et la dette publique à 60 %. En matière monétaire, la stabilité des prix est érigée en objectif principal. Là encore, le traité de Maastricht rappelle que la mission de la Banque centrale européenne est d’assurer principalement la stabilité des prix et sans préjudice porté à ce dernier, il lui est possible d’agir en faveur de la croissance et de l’emploi. Pour conduire cette mission, les ordo-libéraux insistent sur la nécessité d’une Banque centrale indépendante des pouvoirs publics. De manière générale, cette doctrine exprime une réticence à l’égard des pouvoirs élus et considère qu’un certain ordre économique et social doit être confié à des instances techniques, nous dirions aujourd’hui technocratiques. La politique conjoncturelle est ainsi vouée à une certaine disqualification au profit des réformes structurelles qui ont vocation à renforcer les mécanismes de marché en particulier sur le marché du travail. Au cours des années 1990, la plupart des économies européennes ont engagé des réformes de cette nature : l’Italie, l’Allemagne et la France ont très largement flexibilisé leur marché du travail, ont engagé des réformes proches en matière de régime des retraites, etc.

L’ordo-libéralisme et ses représentants comme Walter Eucken ont au départ exprimé une certaine défiance à l’égard de projets comme la Communauté européenne du charbon et de l’acier qui contenait une dimension trop planificatrice, mais progressivement ils ont su faire de la construction européenne le champ d’application de leurs principes. Cependant l’ordo-libéralisme du départ a été à son tour concurrencé par des conceptions libérales plus radicales d’inspiration austro-américaine qui ont voulu généraliser les principes de la concurrence libre et non faussée à tous les niveaux de la construction européenne [3].

L’actualité de l’ordo-libéralisme et sa contestation

 

La gestion ordo-libérale de la crise des dettes souveraines

Une certaine chronologie de la crise permet de voir cette réaffirmation. La crise dite des subprimes qui démarre à l’été 2007 pour connaître une accélération à partir de septembre 2008, ouvre une brève période keynésienne dans la définition des politiques économiques en Europe. L’ordo-libéralisme à l’œuvre (Pacte de stabilité, lutte contre l’inflation, indépendance des banques centrales, équilibre budgétaire) connaît un relatif ébranlement. Les politiques de règles semblent connaître un certain discrédit. Le Pacte de stabilité et de croissance ne semble pas avoir empêché la crise, ni générer la croissance nécessaire pour le dynamisme de la zone. La recherche de la stabilité des prix a eu plus le souci de faire pièce à l’inflation qu’à la déflation. De manière modeste et faiblement coordonnée, l’Union européenne a mis en œuvre des plans de relance qui lui ont permis de connaître une certaine reprise courant 2009. Mais à l’automne 2009, commence une nouvelle phase de la crise mondiale. Son centre de gravité devient l’Union européenne et prend le nom de crise des dettes souveraines. Elle sera rapidement analysée comme le résultat de l’inconséquence budgétaire de nombre d’États jugés laxistes et peu désireux de mettre en œuvre des réformes structurelles. L’Allemagne de la chancelière Merkel insiste pour envisager une solidarité financière entre les États et l’assortir d’une conditionnalité stricte en matière de respect de certaines règles budgétaires. Les principes ordo-libéraux, comme fondement même de la construction, sont alors rappelés avec force et tendent à l’emporter.

Le premier d’entre eux est celui de l’équilibre budgétaire. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer les politiques économiques qui sont mises en œuvre dans la plupart des nations européennes depuis 2010. L’équilibre budgétaire, objectif intermédiaire des politiques économiques, redevient l’objectif final. Mais de manière plus pérenne, le traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG) fait de l’équilibre budgétaire une règle d’or qui doit faire l’objet d’une inscription dans la constitution des États membres et détermine à sa manière une constitution en matière économique. Ici, la marque de l’ordo-libéralisme est saillante car cette doctrine libérale n’a pas pour seule vocation d’édicter une politique conjoncturelle plus de rigueur que d’austérité mais à faire naître un ordre. La politique économique dans l’optique ordo-libérale doit être prévisible pour les agents économiques.

Les seules politiques possibles comme le dit Walter Eucken ne sont pas des politiques de conservation mais des politiques d’adaptation. Le dernier mot a toute son importance car il reflète bien le discours à l’œuvre des politiques ou élites européennes. En effet au nom de la mondialisation et des changements qu’elle entraîne, les nations, les populations européennes sont invitées à accepter des adaptations en matière de droits sociaux et de protection de l’emploi. La mise en avant de la compétitivité comme thème dominant des politiques économiques l’illustre car il s’agit bien d’être concurrentiel aussi bien pour les hommes que pour les nations.

La crise a permis aussi une accélération de la mise en place d’un ordre concurrentiel. La conditionnalité de l’aide aux pays en difficultés devait, en lien avec le FMI, se traduire par la mise en œuvre de plans d’ajustements structurels à même de valoriser les mécanismes de marché et de restreindre le périmètre d’intervention de l’État. Il suffit de penser aux vastes programmes de privatisation de la Grèce ou du Portugal. Dans un autre registre l’Italie de Mario Monti, ancien commissaire à la concurrence, interprétant les difficultés de l’Italie comme un manque de libéralisation a estimé nécessaire de faciliter les licenciements pour donner la flexibilité nécessaire au marché du travail. C’est la réforme de l’article 18 du statut des travailleurs italiens de 1970. L’ordo-libéralisme de par sa méfiance à l’égard de l’État et des autorités élues a exprimé sa préférence pour des conseils scientifiques avisés à même de dessiner des politiques favorables à la concurrence et aux mécanismes de marché. Jusque-là la Commission et la Banque centrale en ont été les illustrations. Mais la crise des dettes souveraines a amplifié ce trait.

Les gouvernements en place, sous l’effet de la spéculation qui menaçait leurs économies, se sont retirés, au profit de gouvernements techniques à même d’établir des politiques soustraites à la discussion et au débat démocratique. On peut penser à l’éviction de Geórgios Papandreou au profit de Loukàs Papadímos ancien membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, sans compter la Troïka : FMI, Banque centrale européenne et Commission qui définissent les politiques économiques à suivre de la part des pays du Sud afin d’obtenir les aides nécessaires puisque leur accès aux marchés financiers est restreint ou simplement interdit.

La contestation de l’ordo-libéralisme

La gestion ordo-libérale a fait l’objet d’une contestation vive aussi bien intellectuelle que politique. Le bilan de trois ans d’austérité inquiète : le chômage connaît un accroissement significatif et particulièrement parmi les jeunes. Il suffit de penser aux taux de chômage des Grecs, Espagnols, Portugais ou encore Italiens. Les dettes publiques ne se réduisent pas. Le TSCG pourrait bien s’inscrire au registre des traités mort-nés. La contestation des principes ordo-libéraux se trouve plus présente dans la société civile : associations, manifestes, appels à des politiques différentes. Mais le consensus entre gouvernements et élites en général ne semble pas encore se briser. Certes des brèches apparaissent (contestation de la gestion de la crise grecque par les Européens de la part du FMI, remise en cause de l’impact des réductions des dépenses publiques). Plus profondément encore, la défense des principes concurrentiels entrerait en tension avec une véritable politique industrielle dont le continent semble avoir besoin pour maintenir son niveau de vie et espérer une croissance plus vive. Mais les principes ordo-libéraux demeurent. Les réformes structurelles restent l’horizon indépassable, le gel des politiques de relance au niveau national n’est pas remis en cause même si des aménagements sont consentis à la demande des gouvernements.

Conclusion

 

La construction européenne est mal connue et sa promotion incessante dans l’espace médiatique et politique comme horizon indépassable de notre temps ne contribue pas à la faire découvrir. Parfois une crise de vaste ampleur a le mérite de jeter une lumière crue sur un objet soustrait au débat. Ainsi l’examen approfondi et critique d’une littérature économique et politique de la construction européenne permet de comprendre que l’Europe dans ses intentions a été peu interventionniste et si elle l’a été, ce fut dans des sens particuliers comme le souci de la préservation des règles de la concurrence. La filiation intellectuelle d’une pareille orientation se trouve dans l’ordo-libéralisme allemand, courant allemand du libéralisme qui est né dans l’entre-deux-guerres et s’est développé après la Seconde Guerre mondiale. Il a nourri l’économie sociale de marché allemande après la guerre, laissant croire hâtivement à l’alliance entre le social et l’économique. Plus encore l’ordo-libéralisme a dessiné les orientations de la construction européenne en se mêlant à des traditions parfois plus radicales que les siennes comme l’orientation hayekienne ou au souci d’États plus interventionnistes. Aujourd’hui l’ordo-libéralisme semble triompher avec le rappel de l’austérité et d’un gouvernement par les règles. Mais la victoire est en trompe l’œil tant la contestation est forte. L’Union européenne peine à trouver une nouvelle dynamique et la méthode Monet des solidarités de fait économique marque le pas.

Source : L’arène nue

Notes

[1] Audier S., Le colloque Lippmann, aux origines du néo-libéralisme, Latresne, Le Bord de l’eau, 2008.

[2] Bilger F., La Pensée économique libérale dans l’Allemagne contemporaine, Paris, LGDJ, 1964.

[3] Dardot P., Laval C., La Nouvelle raison du monde : essai sur la société néo-libérale, Paris, La Découverte, 2009.

[4] Fitoussi J.-P., Le débat interdit : monnaie, Europe, pauvreté, Paris, Arléa, 1995.

[5] Fitoussi. J.-P., La règle et le choix : de la souveraineté économique en Europe, Paris, Seuil, 2002.

[6] Röpke W., La Crise de notre temps, Paris, Payot, 1962.

[7] Röpke W., Au-delà de l’offre et de la demande, Paris, Belles Lettres, 2009

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s