Orwell, ou l’horreur de la politique

Orwell était un animal politique. Il ramenait tout à la politique […]. Il ne pouvait pas se moucher sans faire un discours sur les conditions de travail dans l’industrie du mouchoir […].

Si Orwell plaidait pour qu’on accorde la priorité au politique , c’était seulement afin de mieux protéger les valeurs non politiques. […]

Si la politique doit mobiliser notre attention , c’est à la façon d’un chien enragé qui vous sautera à la gorge si vous cessez un instant de le tenir à l’oeil.

Simon Leys, Orwell , ou l’horreur de la politique

orwell-leys-horreur-politique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s