Jean Baudrillard – L’Empire du Bien

En fait, on est passé d’un ordre à un autre. Le coup de force du capital aura été de tout inféoder à l’ordre et à l’idée de l’économie, tel que rien ne soit plus pensable qu’en ces termes. Au-delà de l’exploitation matérielle du monde entier, l’asservissement des esprits à un seul modèle, à une seule dimension mentale, telle que toute autre perspective, tout enjeu symbolique devient inconcevable. Là commence l’hégémonie, là est le passage de la domination à l’hégémonie.

Virtuellement tout nous est donné désormais, ou le sera, par la grâce d’une croissance et d’une accélération continues. L’échange généralisé fait qu’il y a une réponse à tout, une réponse technique, y compris dans le champ de l’expression et de la performance. Libération incontournable, levée universelle des interdits, disponibilité de toute l’information, obligation de jouir.

C’est tout le dispositif mental et matériel de la modernité qui bascule. Car tout s’ordonnait jusque-là sur la tension entre les besoins et leur satisfaction, entre le désir et son accomplissement — les moyens étant toujours largement en deçà des aspirations. Situation critique qui a généré tous les conflits historiques que nous connaissons — revendications, révoltes, révolutions.

Aujourd’hui, exactement à l’inverse, les besoins, les désirs, les aspirations ne sont plus à la hauteur des possibilités offertes dans tous les domaines : communication, information, mobilité, loisir. La réalisation immédiate dépasse de loin la faculté de jouissance d’un être humain normal. La réalisation intégrale excède même le possible et les phantasmes individuels et collectifs. Or l’homme, une fois sorti d’une pénurie millénaire, ne devient pas pour autant susceptible d’un désir insatiable — sorti d’une servitude millénaire, il ne devient pas pour autant susceptible d’une libération totale.

C’est là qu’est aujourd’hui la véritable fracture : dans la satiété, dans la saturation, dans l’anticipation des réponses à toutes les questions, dans une réalité intégrale qui absorbe toutes les velléités de dépassement, de rêve ou de révolte, dans la précession des modèles. Inversion de phase, déséquilibre radical.

Cela donne une situation originale, et d’une certaine façon plus radicale. Car ce à quoi nous succombons, ce n’est plus à l’oppression, à la dépossession, à l’aliénation, c’est à la profusion et à la prise en charge inconditionnelle. C’est au pouvoir de ceux qui décident souverainement de notre bien et nous accablent de tous les bienfaits — sécurité, prospérité, convivialité, welfare — en même temps que d’une dette infinie, qui ne peut plus être rachetée.

Décidément, aujourd’hui, il faut se battre contre tout ce qui vous veut du bien. Car tel est le secret de l’hégémonie — dans la levée de l’interdit et de tout le système de valeurs qui s’y attache, dans la permissivité, la tolérance excessive, la transparence excessive. Et ceci nous force à réviser radicalement les rapports traditionnels du Bien et du Mal.

Il nous est difficile, étant donnée notre vision humaniste et économiste de l’être humain, de concevoir un niveau symbolique où l’être se révolte du fait qu’il lui soit trop donné, que tout lui soit donné sans qu’il puisse le rendre, que lui soit reconnue une liberté entière en même temps que l’obligation de disposer intégralement de lui- même. Tout ce qui pouvait apparaître comme une conquête des temps modernes peut s’inverser et apparaître comme une nouvelle servitude.

Ainsi la transparence dont on rêvait comme d’une forme idéale, peut devenir aujourd’hui un élément de la terreur. Tel est le libéralisme — ultime avatar de la liberté et de la libération — qui caractérise nos sociétés en phase terminale, où nous sommes voués aux soins intensifs.

C’est là où cela commence à aller mal. C’est là que surgit l’abréaction à ce qu’on a appelé la société d’opulence — abréaction à ce brusque élargissement de l’horizon, à cette déterritorialisation, à cette surenchère du mode de vie. Fracture mentale et réaction de défense à ce qui se profile comme nouvel ordre mondial — cet ordre technique et libéral, en fait cet empire du Bien à quoi s’oppose tout ce qui surgit d’irréductible dans cette société en voie de réconciliation totale. À l’opération tautologique du Bien par le Bien ne peut être opposée que l’homéopathie du Mal par le Mal.

Jean Baudrillard, L’agonie de la puissance

baudrillard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s