La tentative de coup d’État en Turquie : un révélateur des luttes internes aux lourdes conséquences géopolitiques

Le présent dossier fait le point, près d’un mois après, sur la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 en Turquie. Il a été établi par Antoine CARTHAGO, pseudonyme sous lequel écrit un expert de la Turquie et du Moyen-Orient, adhérent fidèle de l’UPR, qui souhaite garder l’anonymat pour des raisons professionnelles. Je le remercie vivement pour ce travail de qualité.

François Asselineau, 13 août 2016

Source : Union Populaire Républicaine

Résumé du dossier

La tentative de coup d’État en Turquie, par une partie significative de l’armée, le 15 juillet 2016, a surpris tous les observateurs ainsi que la population turque qui n’avait pas connu de telle situation depuis les années 1980.

La première partie de ce dossier procède à un examen rapide de l’histoire récente du pays et du contexte politique est nécessaire pour éclairer ces événements et en comprendre les causes profondes.

La deuxième partie s’attache au déroulé de la nuit du 15 au 16 juillet 2016. Si l’échec rapide des putschistes a pu faire croire à une initiative insensée d’une petite minorité, l’analyse précise des faits montre que la tentative de coup d’État était bel et bien sérieuse et qu’elle aurait pu réussir. Son échec est principalement dû à la précipitation et aux mauvais choix stratégiques des putschistes.

Enfin, la troisième partie aborde les conséquences de cette tentative de coup d’État, près d’un mois après les événements. Elle examine en particulier les conséquences internationales, car la Turquie reste un « pivot géopolitique de premier ordre » selon la formule du stratège américain Zbigniew Brzezinski (Le Grand Échiquier, 1992).

turquie1


1.   BREF HISTORIQUE ET CONTEXTE GÉOPOLITIQUE

1.1. Une longue tradition d’interventionnisme militaire dans la politique turque

Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, la Turquie a connu pas moins de trois coups d’État (en 1960, 1971 et 1980) ainsi qu’un « coup d’État postmoderne » en 1997, ainsi nommé car l’armée a pu pousser le premier ministre Erbakan à la démission sans l’intervention des forces armées.

Cette immixtion des militaires dans la politique s’explique par le rôle, que se réserve l’armée, de gardienne de la Constitution, et notamment gardienne du principe de la laïcité, mise en place par Mustafa Kemal Atatürk et pilier de la Turquie moderne.

L’armée est ainsi intervenue à plusieurs reprises lorsque la République semblait menacée par des groupes islamistes ou d’extrême gauche. Sauvegardant la République turque et ses valeurs, elle veillait également à défendre ses intérêts propres, en maintenant en place une structure militaro-économique que certains observateurs appellent « État profond ».

L’armée turque, deuxième armée de l’OTAN en termes d’effectifs et institution la plus populaire du pays, a toujours joui d’un grand prestige. C’est pourquoi ses interventions, qui ont toujours eu lieu dans des contextes de forte instabilité politique, n’ont jamais rencontré d’opposition massive de la population jusqu’à la récente tentative.

Il est à noter que les États-Unis ont toujours toléré ces dérives autoritaires de leur allié turc dans le cadre de la Guerre froide. Entrée dans l’OTAN en 1952, la Turquie abritait en effet des missiles nucléaires américains en première ligne face à l’URSS, et les abrite toujours face à la Russie. La stabilité du pouvoir turc et son appartenance au camp occidental sont donc pour Washington des préoccupations essentielles.

1.2. L’arrivée au pouvoir de l’AKP : une lutte contre « l’État profond » kémaliste, avec le soutien de Washington et des réseaux Gülen

L’AKP (parti de la justice et du développement), fondé par Recep Tayyip Erdogan, est arrivé au pouvoir en 2002, suivant une habile stratégie qui visait à se faire passer avant tout comme un parti conservateur plutôt qu’islamiste.

Son programme économique libéral fut soutenu par une nouvelle élite turque d’entrepreneurs, religieux et conservateurs. Ces hommes d’affaires souhaitaient renverser l’ancienne élite kémaliste séculière, issue des grandes villes et principale bénéficiaire du dirigisme économique d’État. L’AKP a poursuivi ainsi les réformes libérales de Turgut Özal datant des années 1980, en s’appuyant sur un fort soutien d’une population qui se retrouve bien dans un discours conservateur.

Le succès de l’AKP fut également lié au soutien international dont bénéficiait Erdogan. Avant son élection, il voyagea aux États-Unis pour s’assurer du soutien des lobbies néoconservateurs, tout-puissants sous la présidence de George W. Bush. Islamiste modéré, en apparence très démocrate et défenseur des « critères de Copenhague » pour préparer l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, Erdogan paraissait le candidat parfait pour Washington qui avait annoncé son intention de remodeler le Moyen-Orient dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001.

L’objectif néoconservateur d’un « Greater Middle East » cherche à promouvoir dans la région des régimes proches des États-Unis, d’apparence démocratique, modérément islamistes et économiquement libéraux, en remplacement des États autoritaires appuyés sur l’armée.  La Turquie, alliée hautement stratégique pour Washington, devait être amenée à jouer un rôle clef dans ce remaniement du Moyen-Orient. [1]

Les espoirs de la Maison Blanche furent cependant vite déçus, lorsque la Turquie refusa de laisser l’armée américaine transiter sur son territoire lors de la guerre d’Irak en 2003. Fin politique, Erdogan sut en effet développer une certaine autonomie en matière de politique étrangère sans s’aliéner pour autant les soutiens dont il avait besoin dans sa lutte contre l’Etat profond militaro-kémaliste. Un de ses alliés les plus précieux dans ce combat, devenu depuis peu l’ennemi numéro un du gouvernement turc, fut l’imam Fethullah Gülen et sa confrérie.

Fethullah Gülen est un imam charismatique, fondateur d’une confrérie (Cemaat ou Hizmet) dont le but, tenu secret, est de placer dans les plus hauts postes de l’administration une élite formée par ses soins, afin de noyauter de l’intérieur l’État turc. Gülen souhaite ainsi en finir avec le kémalisme et réorienter le pays selon des valeurs en conformité avec l’islam (un islam relativement modéré, d’inspiration soufie).

Vaste réseau d’hommes d’affaires et de bureaucrates, la confrérie Gülen s’est focalisée sur l’enseignement, mais a aussi placé ses hommes dans la police et la justice [2]. Les « écoles Gülen » sont ouvertes à l’étranger, notamment en Asie centrale où elles enseignent en turc et en anglais. Elles servent ainsi les intérêts des États-Unis qui cherchent continuellement à gagner en influence dans l’ancienne sphère soviétique. Plus directement, elles semblent avoir été utilisées comme centres d’opération de la CIA en Asie centrale [3].

Bien que non menacé directement par le pouvoir turc de l’époque, Gülen s’était exilé aux États-Unis en 1999, dans une maison reculée de Pennsylvanie. Menacé d’expulsion, il avait pu bénéficier du soutien de deux anciens hauts responsables de la CIA, Graham Fuller et Morton Abramowitz, pour obtenir un renouvellement de son permis de séjour.

Chef d’un puissant réseau et « proche » de la CIA, Gülen était donc un allié de poids pour Erdogan dans sa lutte de pouvoir contre l’armée et l’establishment kémaliste. Les « gulénistes » dans la police et le judicaire furent d’ailleurs mis à contribution dans les affaires Ergenekon (2007-2009) et Balyoz (2010-2012). Ces affaires, qui furent des procès contre des complots d’extrême droite, servirent avant tout de prétexte pour purger les éléments kémalistes de l’armée et de l’administration. La justice, tenue par les gulénistes, alla jusqu’à s’appuyer sur des faux documents pour condamner des militaires qui peinent encore à obtenir réparation aujourd’hui. [4]

1.3. La rupture entre Erdogan et Gülen et la montée des tensions politiques

Avec l’aide de la confrérie Gülen, Erdogan renforça donc son assise au pouvoir, en soumettant l’armée et l’élite kémaliste. Cependant, les agissements d’Erdogan déplaisaient de plus en plus à Washington : dérives autoritaires, manifestations de politique étrangère indépendante (notamment le projet de se procurer des systèmes anti-missiles chinois, avorté depuis), éloignement de l’UE, etc.

La lune de miel Gülen-Erdogan prit alors fin, en 2013, lorsque les réseaux gulénistes lancèrent une vaste opération contre les responsables de l’AKP, visant à les traîner en justice pour des affaires de corruption. Les gulénistes rendirent public un enregistrement entre Erdogan et son fils attestant de fraudes massives [5], mais Erdogan parvint à renverser la vapeur et à rassembler ses soutiens contre ce qu’il se mit alors à dénoncer comme « l’État parallèle » de son ancien allié Gülen.

Se sachant directement menacé par les gulénistes, l’AKP se fixa dès lors comme priorité de les évincer des structures de pouvoir, non sans rencontrer de fortes résistances. Cette lutte interne a entraîné une déstabilisation politique. L’AKP a perdu pour la première fois la majorité absolue lors des élections de juin 2015 mais l’a retrouvée en novembre (de nouvelles élections eurent lieu, du fait de l’impossibilité de former un gouvernement).

Entre temps, Erdogan a relancé la guerre contre le PKK kurde afin de promouvoir son projet de pouvoir présidentiel renforcé, seul garant de la sécurité nationale. Certaines villes à majorité kurdes ont été assiégées, et des groupes kurdes radicaux ont répliqué par des attentats meurtriers en plein cœur de la capitale.

À cela s’est ajouté l’isolement croissant de la Turquie sur la scène internationale, conséquence de son ingérence en Syrie et de sa gestion des flux de réfugiés vers l’Europe. La politique pour le moins très ambigüe d’Erdogan vis-à-vis de Daesh s’est retournée contre la Turquie, avec des vagues d’attentats islamistes visant les groupes de jeunesse pro-kurdes ou les intérêts touristiques du pays [6].

Jugé non coopératif par l’Union européenne et par Washington sur la question syrienne et la « crise des migrants », Erdogan s’est également mis à dos la Russie lorsqu’un avion russe a été abattu le 24 novembre 2015 par la chasse turque.

C’est donc dans ce climat passablement délétère, fait d’isolement international, d’attentats terroristes, de guerre ouverte contre le PKK dans le sud-ouest et de lutte interne contre les réseaux Gülen, qu’est intervenue la tentative de coup d’État du 15 juillet.


2. LE DÉROULEMENT DU PUTSCH

Les premières annonces de manœuvres militaires dans les médias ont été diffusées le vendredi 15 juillet aux alentours de 22h00, alors que des chars avaient entrepris de bloquer les deux ponts sur le Bosphore à Istanbul et que des avions survolaient Ankara à basse altitude.

À 22h30, des sources militaires affirmèrent que l’armée venait de prendre le pouvoir. Un communiqué dans ce sens fut diffusé sur la chaîne publique TRT1. Certains réseaux sociaux furent bloqués mais les putschistes ne parvinrent pas à s’emparer du siège des télécommunications, ni de certaines chaînes privées.

Cette faille permit au Premier ministre de condamner aussitôt publiquement le coup de force. Le commandant de la 1ère armée à Istanbul, Ümit Dündar, confirma l’illégitimité du putsch en direct à la télévision. Plus tard, le président Erdogan parvint à s’adresser en personne au public sur la chaîne CNN Türk, via l’application FaceTime, pour appeler à descendre dans la rue et résister au coup d’État. Cette communication, assez surréaliste, illustra le double échec des putschistes, qui ne parvinrent pas à se saisir d’Erdogan ni à bloquer toutes les télécommunications et tous les réseaux sociaux à temps. [7]

turquie2

Suite à cet appel au soulèvement populaire contre le coup de force de l’armée, les soutiens du président sortirent dans les rues d’Istanbul, se massant sur les ponts et devant l’aéroport où bientôt arriva Erdogan (en provenance de sa résidence de Marmaris) pour donner une conférence de presse devant une foule survoltée.

Les putschistes perdirent dès lors l’initiative, le contrôle de la rue et même la supériorité aérienne, alors que les avions F-16 restés fidèles au gouvernement se mettaient à survoler à leur tour le territoire.

Les soldats se rendirent progressivement et furent arrêtés dans la nuit. Au petit matin, la situation était sous le contrôle du gouvernement légitime.

Le bilan est lourd, avec plus de 300 morts et 2000 blessés dont de nombreux civils. Le Parlement a été bombardé (du jamais vu, même lors des précédents coups d’État) et de véritables combats urbains ont eu lieu autour du siège des services de renseignements turcs et du palais présidentiel.  C’est également un coup dur pour la Turquie qui souhaite apparaître aux yeux du monde comme un État stable et démocratique.

L’enchaînement des événements semble montrer une impréparation totale des putschistes, qui n’ont pas su monopoliser les moyens de communication et se sont fait rapidement dépasser par les condamnations des autorités civiles ainsi que par la foule fidèle au président.

Cependant, cet échec flagrant s’explique plutôt par une précipitation et un manque de coordination. Le coup d’État semble en réalité avoir été mieux préparé que son déroulement ne le laisse penser, mais son exécution a été doublement précipité.

Pourquoi cette soudaine précipitation ?

Premièrement, parce que les putschistes avaient appris qu’un Conseil militaire suprême (instance arrêtant les décisions militaires stratégiques) devait se tenir fin juillet, au cours duquel des purges d’officiers réputés gulénistes allaient être décidées. Ces officiers, qui nourrissaient déjà le projet de coup d’État dans le cadre de l’opposition Gülen-Erdogan ont donc dû en avancer la date au 15 juillet.

Deuxièmement, parce que, le jour venu, les services de renseignement turcs ont eu connaissance de la préparation d’un coup d’État dès 15h et ont rapidement cherché à le contrer. Ils ont notamment tenu informé le chef d’état-major, resté loyal au gouvernement, qui tenta d’empêcher les soldats de quitter leurs casernes.

Se sachant démasqués, les putschistes ont donc dû agir précipitamment. Ils prirent le chef d’état-major en otage pour le forcer à donner l’ordre d’un coup d’État, ce qu’il refusa de faire. L’ordre fut finalement donné par un simple général de brigade à 21h30, soit bien plus tôt qu’initialement prévu. Au lieu de lancer les opérations à 3 heures du matin et d’annoncer la prise de contrôle vers 5h pendant que la population dormait, les soldats ont agi en soirée, au vu et au su de tous [8].

Ainsi, les Turcs furent rapidement mis au courant de la tentative de putsch et des millions d’entre eux ont pu suivre en direct les appels d’Erdogan à la résistance, relayés par les haut-parleurs des mosquées.

Cette précipitation de dernière minute eut une autre conséquence néfaste pour les putschistes : privés d’un centre de commandement unique et centralisé (apparemment suite la mort du général Semih Terzi, lors de sa tentative de prendre le commandement des forces spéciales), tous les éléments participant au coup de force ne semblent pas avoir été prévenus, de façon synchronisée, de l’avancée des opérations. Le commando qui avait la charge de se saisir du président Erdogan (ou de l’assassiner selon certaines sources) est donc arrivé trop tard pour l’empêcher de s’adresser à la nation. Quant au siège des services de renseignement turcs (MIT, Millî İstihbarat Teşkilatı), fidèles à Erdogan, il a eu le temps de déployer ses batteries anti-aériennes dont l’armée ne connaissait visiblement pas l’existence. Ils ont ainsi pu tenir en échec les commandos héliportés de putschistes qui devaient prendre contrôle du palais présidentiel et du siège du MIT. [9]

Il faudra attendre les conclusions de l’enquête pour en savoir plus sur les responsabilités des principaux acteurs du coup d’État. Il ne fait cependant aucun doute que les officiers qui ont joué le rôle le plus important sont membres ou proches des réseaux gulénistes. L’armée de l’air semble avoir été au centre des opérations, depuis la base d’Incirlik. Des militaires plus proches des idées kémalistes ont pu les rejoindre, voyant dans le pouvoir AKP un ennemi commun.

Il est significatif à cet égard que l’on trouve parmi les putschistes les commandants des armées exposées par la politique du gouvernement, notamment au sud-ouest à majorité kurde et à la frontière syrienne.

Enfin, certains officiers opportunistes ont rejoint la manœuvre en cours quand d’autres semblent avoir été plus ou moins contraints par leur hiérarchie.

Quoiqu’il en soit, cette tentative de coup d’État a déjà eu de lourdes conséquences en Turquie et des répercussions sur la scène internationale.


3. CONSÉQUENCES

3.1. Purges et réaffirmation du pouvoir dans un contexte instable

Le gouvernement turc n’a pas attendu longtemps pour entamer de larges purges des éléments « menaçant la sécurité nationale » dans l’armée, la police, la justice et, ce qui est évidemment plus controversé dans les médias, parmi certains journalistes et universitaires [10].

La rapidité des purges montre que le pouvoir était déjà en possession de listes de personnes à évincer. Cela n’est guère surprenant car, comme il a été dit plus haut, la lutte contre les réseaux Gülen date de 2013 et les personnes suspectes étaient fichées. Erdogan a ainsi pu annoncer très vite des fermetures d’écoles et une refonte des académies militaires, afin de s’attaquer directement à la source du pouvoir guléniste qui a infiltré ces structures d’éducation.

La plupart des observateurs affirment que le pouvoir personnel d’Erdogan s’en trouve largement renforcé [11], et qu’il va en profiter pour faire passer sa réforme constitutionnelle pour un régime présidentiel fort.

Si le gouvernement va en effet renforcer son contrôle des instances de sécurité, cette affirmation doit probablement être nuancée. La tentative de coup d’État a montré à quel point l’armée échappait au contrôle du pouvoir : près de la moitié des généraux et amiraux ont été évincés, dont presque tous ceux qui étaient en contact avec les États-Unis. En outre, les réactions internationales timides ont souligné à quel point Erdogan était isolé. Le président aura donc très certainement besoin du soutien des partis de l’opposition et de la population pour affronter la période d’instabilité qui s’annonce [12].

La structure de commandement de l’armée a été profondément remaniée, alors même que la guerre contre le PKK et contre le terrorisme de Daesh continue. Une conséquence plus incertaine concerne l’éventuelle reprise des pourparlers de paix avec le PKK et un arrêt du conflit dans une recherche d’accalmie [13]. Cette perspective reste cependant très optimiste et lointaine alors que les Kurdes semblent avoir été exclus du mouvement d’unité nationale post-coup d’État. [14]

3.2. Les États-Unis et l’Europe accusés de complicité avec les putschistes

Fait notable qui n’a pas échappé aux spécialistes, les États-Unis ont réagi à l’annonce du coup d’État d’une manière très prudente. Le 15 juillet à 23h, le secrétaire d’État américain John Kerry s’est ainsi borné à déclarer qu’il espérait « la paix et la continuité » en Turquie, ce qui semblait quasiment anticiper – sinon approuver – une transition du pouvoir.

Autre fait notable, le président Obama n’a appelé au soutien du gouvernement « démocratiquement élu » que deux longues heures après, vers 1 heure du matin, alors que les putschistes avaient déjà clairement le dessous.

Cette prudence cauteleuse de Washington – qui vaut aveu de complicité pour beaucoup – tranche avec la réaction du ministre des Affaires étrangères iranien qui a publié un message de soutien à la démocratie via Twitter dès le début des événements. [15]

Washington ayant beaucoup tardé à montrer son soutien à Erdogan et les membres des réseaux Gülen étant aussitôt montrés du doigt comme les principaux responsables du putsch, les accusations directes d’implication des États-Unis dans le coup d’État n’ont pas tardé à émerger. Comme on l’a rappelé, Gülen réside en Pennsylvanie depuis 1999 et a entretenu des liens étroits avec la CIA.

L’accusation la plus directe est venu du quotidien conservateur, et proche de l’AKP, Yeni Safak qui a accusé directement le général américain John F. Campbell d’avoir été l’organisateur du coup d’État depuis la base d’Incirlik. Selon l’auteur, toute l’opération aurait été mis en place par la CIA grâce à un financement occulte issu de banques nigérianes [16].

Il ne faut cependant pas prendre nécessairement pour argent comptant les informations de ce quotidien, qui n’avance pas de preuves irréfutables. Il ne faut pas méconnaître que cette thèse d’un coup d’État qui aurait été piloté directement par la CIA permet au pouvoir d’occulter la responsabilité de nombreux généraux turcs, et donc de minimiser l’état d’esprit de rébellion contre le gouvernement. Ce faisant, le journal Yeni Safak sert comme à son habitude les intérêts de l’AKP.

Des accusations sont cependant également venues de plusieurs ministres du gouvernement Erdogan :

– le ministre de la Justice, Bekir Bozdag, a déclaré que « les États-Unis savent que Fethullah Gülen est derrière ce coup d’État […] Je suis convaincu que les services de renseignement américains le savent aussi » [17].

– le ministre du Travail et de la sécurité sociale, Suleyman Soylu, est allé plus loin, en déclarant que « les États-Unis sont derrière ce coup d’État […] Le psychopathe appelé Fethullah Gülen est soutenu par l’Amérique » [18].

– le président Erdogan lui-même a demandé à Barack Obama l’extradition de Gülen, en se faisant presque menaçant : « si nous sommes des partenaires stratégiques, si nous sommes des partenaires modèles, faites ce qui est nécessaire [pour extrader Gülen vers la Turquie] » [19]. Le 2 août, il a déclaré que « cette tentative de coup d’État avait ses acteurs en Turquie, mais le script a été écrit depuis l’étranger. Malheureusement l’Occident soutient le terrorisme et se range du côté des putschistes » [20]

La vérité est que l’on manque d’élément certain pour établir le vrai rôle des États-Unis dans tous ces événements. Cependant, compte-tenu de l’importance stratégique de la Turquie, de la forte présence de forces militaires et des services de renseignement américains sur le sol turc, et de la résidence de Fethullah Gülen sur le sol américain, il est quasiment certain que les autorités de Washington ont été pour le moins tenues au courant de la préparation du coup d’État via les réseaux gulénistes et qu’elles ont pour le moins laissé faire…

Le moins que l’on puisse dire est donc que Washington n’a pas cherché à voler au secours de son allié de l’OTAN, et n’a affiché qu’un très hypocrite soutien de dernière minute, lorsque l’échec du putsch était devenu patent.

Le gouvernement turc sait donc désormais à quoi s’en tenir sur son « partenaire stratégique », visiblement prêt à le laisser tomber.

Des accusations ont également fusé en direction de l’Europe, qui, toujours à la remorque de Washington, n’a pas non plus témoigné d’un fort soutien au gouvernement face au putsch. Les médias occidentaux ont condamné les purges qui ont suivi les événements bien plus fermement que la tentative de prise de pouvoir par l’armée.

Ce « deux poids deux mesures », qui a été ressenti comme un véritable affront en Turquie, a entraîné une rapide dégradation des relations avec l’UE, déjà tendues dans le cadre de l’accord sur la question des réfugiés syriens.

Cette perte de confiance de la Turquie dans ses partenaires occidentaux pourrait-elle entraîner un rapprochement avec la Russie ?

3.3. Vers un basculement de la politique étrangère turque ?

La politique étrangère turque a connu des changements importants ces derniers mois, entamés avant même la tentative de coup d’État.

La démission du premier ministre Ahmet Davutoglu, concepteur de la politique étrangère de l’AKP, annonçait cette évolution, qui s’est traduite :

– par un rapprochement avec Israël (les relations politiques étaient médiocres depuis l’incident de la flottille de Gaza en 2010),

– et par une réconciliation avec la Russie, en présentant des excuses pour l’affaire de l’avion russe abattu par un chasseur turc en novembre 2015 [21].  Certaines sources ont fait savoir à cette occasion que cet incident majeur aurait été le fait d’un pilote proche des futurs putschistes et de la CIA. Ce qui laisse entendre qu’Erdogan n’aurait jamais donné instruction d’abattre un avion russe, mais qu’il aurait été mis à l’époque devant le fait accompli, inspiré par Washington pour envenimer sciemment les relations entre Ankara et Moscou.

Plus discrètement, la Turquie aurait décidé de limiter son soutien aux rebelles islamistes du nord de la Syrie, notamment des groupes turkmènes qui étaient le fer de lance de sa politique d’ingérence dans la région, afin de rester en bon termes avec Moscou [22].

La visite officielle en Russie du président turc, le 9 août, a été l’occasion pour Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan de souligner que « les relations russo-turques ont véritablement repris un sens positif » en insistant sur les liens économiques qui ont souffert de la crise entre les deux pays.

Erdogan n’a pas manqué d’évoquer l’appel téléphonique du président Poutine pour lui témoigner de son soutien juste après le putsch [23], alors qu’il avait vivement critiqué le silence et les réactions timides des Occidentaux. Il sous-entend ainsi qu’il y aurait une plus grande solidarité et une plus grande confiance avec la Russie qu’avec ses alliés de l’OTAN.

La tentative de coup d’État va vraisemblablement accélérer ce processus de rapprochement avec la Russie. Erdogan en a tout d’abord profité pour accuser les gulénistes d’avoir abattu l’avion russe en novembre 2015 et d’être donc les seuls responsables de la crise avec la Russie qui a suivi l’incident.

Dans le même temps, les relations de la Turquie avec les États-Unis se sont rapidement dégradées, comme les accusations citées plus haut en témoignent. La base aérienne d’Incirlik, qui abrite des chasseurs américains effectuant des frappes en Syrie ainsi que 60 têtes nucléaires de l’armée américaine, est sous forte pression des forces de sécurité turques qui ont bloqué les avions sur place.

Base stratégique pour l’armée américaine, Incirlik a souvent servi d’élément de négociation voire de chantage pour le gouvernement turc. Ce dernier ne relâchera probablement pas la pression avant d’obtenir certaines garanties de la part de Washington. En outre, les remaniements massifs en cours dans l’armée turque auront pour conséquence d’affaiblir les « atlantistes » par rapport aux « eurasistes » ou « non alignés ».

Ces deux tendances s’opposent traditionnellement, les premiers misant sur l’OTAN et les États-Unis, les deuxièmes sur un rapprochement avec la Russie et les pays d’Eurasie, afin de ne pas dépendre entièrement de Washington. Or les gulénistes qui appartiennent surtout au camp atlantiste ont été rayés de l’armée, et certains officiers plus proches des idées eurasistes ont quant à eux été promus (10 anciens colonels évincés lors de l’affaire Ergenekon ont ainsi été promus généraux de brigade et contre-amiraux [24]).


CONCLUSION PROVISOIRE

Le putsch manqué semble accélérer sensiblement le basculement vers la Russie d’une Turquie plus méfiante à l’égard de Washington et plus réceptive aux idées eurasistes.

Moins qu’une véritable rupture, il s’agit plutôt pour la Turquie d’un retour à une ligne traditionnelle d’ouverture vers ses voisins afin de faire le lien entre Occident, Moyen-Orient et Eurasie.

Si l’on croit Napoléon, selon qui « la politique d’un État est dans sa géographie », il semble évident que la Turquie a intérêt à assurer ce rôle de puissance pivot, en conservant des bonnes relations avec les puissances voisines et les pays occidentaux.

En revanche, il reste peu probable que la Turquie quitte l’OTAN [25] ou décide un réalignement complet sur Moscou, même si elle semble s’éloigner encore un peu plus de la perspective d’une adhésion à l’UE.

Toujours est-il que le rapprochement turco-russe est un élément majeur et plutôt positif pour la stabilisation de la région. Ses conséquences sur la guerre en Syrie seront à suivre de près.

Antoine CARTHAGO (Il s’agit du pseudonyme d’un expert de la Turquie et du Moyen-Orient, adhérent fidèle de l’UPR qui souhaite garder l’anonymat pour des raisons professionnelles)


QUATRE QUESTIONS COMPLÉMENTAIRES posées par François ASSELINEAU à Antoine CARTHAGO :

1) Que pensez-vous des rumeurs selon lesquelles les Russes auraient  averti les services de renseignement turcs (MIT) d’un coup d’État quelques heures au préalable ?

Réponse : ces rumeurs proviennent à l’origine de l’agence iranienne Fars news, qui cite des « diplomates » turcs. Je pense qu’il faut être prudent car Fars news n’est pas la plus sérieuse des sources et a tendance à relayer des informations à caractère sensationnel, souvent dans la ligne des conservateurs iraniens.

J’ai quant à moi plutôt tendance à croire le journaliste turc Metin Gurcan, toujours bien informé sur  les questions militaires et de sécurité. Il cite quant à lui ses propres sources, selon lesquelles le MIT aurait été informé par des écoutes d’interception radio et téléphoniques des éléments de l’armée connus pour être gulénistes et qui avaient été placés sous surveillance.  Cela me semble d’autant plus crédible que l’on sait que le MIT enquêtait justement sur ces officiers gulénistes pour des affaires d’espionnage, en quête de prétextes pour pouvoir les évincer.

La thèse, également avancée, selon laquelle le Russe Alexandre Dougine aurait été envoyé secrètement pour prévenir les Turcs me paraît absurde. Dougine, qui n’est pas un « conseiller » de Poutine, a lui-même avoué avoir été surpris par le coup d’État.

2) Que s’est-il passé et que se passe-t-il autour de la base militaire d’Incirlik ?

Réponse : La base d’Incirlik semble bien avoir été au  centre de la planification du coup d’État mais c’est une autre base militaire, la base d’Akinci, qui aurait été le point de départ du putsch, sous les ordres du général Akin Öztürk. Quoiqu’il en soit, affirmer qu’Incirlik est « sous contrôle » américain comme le font un certain nombre de médias est un peu rapide. Erdogan a d’ailleurs opéré un long chantage sur la politique syrienne avant de permettre aux avions américains de stationner à Incirlik.

Il est clair que les services américains veillent sur cette base qui abrite leurs avions et leurs missiles stratégiques. Mais le général Akin Öztürk, cerveau présumé du putsch, n’était plus commandant de l’armée de l’air  depuis un an et n’était pas stationné à Incirlik.  Il est donc difficile d’affirmer que l’opération aurait été montée de toutes pièces par la CIA depuis la base d’Incirlik. En revanche cette base n’a pas fini de faire parler d’elle puisqu’elle est actuellement sous pression de la police turque. Certains affirment que les Américains comptent redéployer leurs F16 qui y sont stationnés vers des bases dans le nord de l’Irak.

3) Les pilotes qui ont abattu l’avion SU24 russe en novembre 2015 étaient-ils des gulénistes, voire des agents de la CIA, qui auraient été chargés de saboter les relations russo-turques ?

Réponse : Il semble en effet qu’ils étaient impliqués dans le putsch. Mais j’ai tendance à penser qu’Erdogan  en  profite pour se décharger de toutes responsabilités.

Avant  que l’avion soit abattu, les tensions entre la Russie et la Turquie sur la question      syrienne étaient déjà très fortes. Les deux pays évitaient une confrontation diplomatique directe, mais Erdogan avait menacé d’ouvrir le feu sur les avions russes s’ils persistaient à violer les  frontières  turques (à l’époque, il était furieux que les Russes bombardent les  Turkmènes syriens, alliés d’Ankara contre Assad).

L’avion russe abattu  n’est pas un incident sorti de nulle part, mais le point paroxystique de  plusieurs semaines de crise. Cela explique pourquoi Erdogan avait, à l’époque, fortement défendu ses pilotes et refusé de présenter des excuses à  la Russie. Mais était-il le décisionnaire final ou avait-il été mis devant le fait accompli ? Il faudra attendre le procès des pilotes pour en savoir  plus ; une ingérence de la CIA, qui aurait profité du différend russo-turc de l’époque pour envenimer les choses n’est pas impossible, mais cela me semble, à ce stade, relever encore du domaine de la pure hypothèse.

4) Est-il vrai qu’Erdogan n’a échappé à la mort que grâce aux Russes ?

Réponse : Selon certaines rumeurs, l’avion qui ramenait Erdogan de son lieu de villégiature aurait été pris pour cible par des chasseurs pilotés par des putschistes mais il aurait été sauvé par les Russes et leur système S400 déployé en Syrie.

Cette affaire semble encore assez peu claire. D’autres sources affirment que les pilotes putschistes n’auraient pas tiré car ils étaient eux-mêmes sous la menace directe d’avions turcs restés loyaux (on sait que l’armée de l’air s’est divisée et que des affrontements aériens ont presque éclatés). D’autres sources assurent que les putschistes n’auraient pas pu identifier avec certitude l’avion d’Erdogan.

La précipitation et le manque de coordination dans la tentative de coup d’État ne rendent pas absurde cette dernière thèse, mais honnêtement, il est difficile de trancher avec certitude entre les différents scénarios à l’heure actuelle.


NOTES DU DOSSIER

[1] http://www.diploweb.com/forum/croisier1.htm ; Voire aussi Tancrède Josseran, La nouvelle puissance turque, l’adieu à Mustafa Kemal, 2010

[2] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/04/turkey-fethullah-gulen-cleric-opposition-erdogan-akp.html#ixzz4EbXhIkVp 

[3] https://www.les-crises.fr/quelle-est-la-mission-reelle-de-fethullah-gulen-par-osman-softic/

[4] https://fr.wikipedia.org/wiki/Ergenekon

[5] http://www.bfmtv.com/international/corruption-turquie-erdogan-trahi-une-ecoute-telephonique-720588.html

[6] http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/06/29/les-attaques-les-plus-meurtrieres-survenues-en-turquie-depuis-un-an_4960149_3214.html

[7] http://www.lemonde.fr/europe/live/2016/07/15/en-direct-tentative-de-coup-d-etat-en-turquie_4970413_3214.html 

[8] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/07/turkey-coup-attempt-basic-cause-was-premature-birth.html 

[9] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/07/turkey-coup-attempt-intelligence-agency-thwart.html 

[10] http://www.france24.com/fr/20160730-dix-sept-journalistes-places-detention-preventive-turquie-erdogan-purges 

[11] http://www.lepoint.fr/monde/le-president-turc-veut-encore-elargir-son-pouvoir-31-07-2016-2058194_24.php

[12] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/08/turkey-is-erdogan-really-stronger-after-failed-coup.html 

[13] http://www.demokrathaber.org/guncel/fehim-tastekin-kurtlerle-tekrar-baris-masasina-donulebilir-mi-h70547.html

[14] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/08/turkey-kurds-further-alienated-after-coup-attempt.html 

[15] https://twitter.com/JZarif/status/754069513935683584?lang=fr 

[16] http://www.yenisafak.com/dunya/kalkismayi-yoneten-abdli-komutan-2499022

[17] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/07/turkey-united-states-nato-coup-attempt.html

[18] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/07/turkey-united-states-coup-attempt-stirs-tension.html

[19] http://www.lemonde.fr/international/video/2016/07/17/turquie-erdogan-demande-l-extradition-de-fethullah-gulen_4970814_3210.html 

[20] http://www.reuters.com/article/us-turkey-security-idUSKCN10D1NN

[21] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/06/29/97001-20160629FILWWW00144-entretien-positif-entre-erdogan-et-poutine.php

[22] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/06/turkey-syria-ankara-backed-groups-lost-turkmen-mountain.html

[23] https://fr.sputniknews.com/international/201608091027215479-poutine-erdogan-rencontre/

[24] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/08/turkey-coup-attempt-major-purge-of-armed-force.html#ixzz4G7MwK99z

[25] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/07/turkey-united-states-nato-coup-attempt.html ; http://theturkishsun.com/nato-says-turkeys-membership-is-not-in-question-21644/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s