Charles de Gaulle – La force du silence

Il faut parler peu. Il le faut absolument. L’avantage d’être un causeur brillant ne vaut pas au centième celui d’être replié sur soi-même […] Chez l’homme de valeur, la réflexion doit être concentrée. Autrui ne s’y trompe pas. Et, dans l’action, il ne faut rien dire. Le chef est celui qui ne parle pas

Ecrits de guerre  (1916)

Rien ne rehausse l’autorité mieux que le silence, splendeur des forts et refuge des faibles, pudeur des orgueilleux et fierté des humbles, prudence des sages et esprit des sots.

Pour l’homme qui désire ou qui tremble, le mouvement naturel est de chercher dans les mots un dérivatif à l’angoisse. Parler d’ailleurs, c’est délayer sa pensée, épancher son ardeur, bref, c’est se disperser quand l’action exige qu’on se concentre […].

En fait, aucun de ceux qui accomplirent de grandes actions ne les ont dirigées dans le bavardage.

Le fil de l’épée (1932)

[Quand on est au pouvoir], il faut savoir garder un silence effrayant.

C’était de Gaulle, Alain Peyrefitte (1967)

220px-bundesarchiv_b_145_bild-f010324-0002_flughafen_koln-bonn_adenauer_de_gaulle-cropped

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s