Football Leaks

Douze journaux européens regroupés au sein du nouveau réseau de médias European Investigative Collaborations (EIC), dont Mediapart est l’un des membres fondateurs, révèlent à partir du vendredi 2 décembre l’opération Football Leaks, la plus grande fuite de l’histoire du sport.

L’ensemble des révélations de l’opération Football Leaks : ici

footballleaks-logo-trans

Obtenus par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel et analysés par tous les journaux membres de l’EIC, 18,6 millions de documents – soit un volume de 1 900 gigaoctets – offrent une plongée spectaculaire dans les secrets de l’industrie du football. Fraude et évasion fiscales, réseaux de prostitution, connexions mafieuses, exploitation de joueurs mineurs… Football Leaks documente de manière inédite la face noire du sport le plus populaire d’Europe.

Soixante journalistes, associés à huit informaticiens qui ont développé des logiciels spéciaux pour l’opération, ont enquêté pendant plus de six mois. Les publications d’intérêt public de Football Leaks, qui reposent sur des documents authentiques et de nombreux témoignages, s’étaleront de façon simultanée pendant trois semaines.

Outre Mediapart, le projet Football Leaks rassemble Der Spiegel (Allemagne), The Sunday Times (Royaume-Uni), Expresso (Portugal), El Mundo (Espagne), L’Espresso (Italie), Le Soir (Belgique), NRC Handelsblad (Pays-Bas), Politiken (Danemark), Falter (Autriche), Newsweek Serbia (Serbie) et The Black Sea, un média en ligne créé par le Centre roumain pour le journalisme d’investigation, qui couvre l’Europe de l’Est et l’Asie centrale.

Avant publication de cette première série d’articles sur le système Mendes, l’EIC a présenté les résultats de son enquête aux joueurs, clubs et agents ayant joué un rôle. L’ensemble des questions que nous leur avons posées avait pour but de connaître l’étendue de leurs connaissances sur cette affaire, et de leur permettre de répondre face aux faits révélés. Cristiano Ronaldo, José Mourinho et leur agent Jorge Mendes n’ont pas répondu. Les joueurs portugais Carvalho, Coentrao et Pepe, ainsi que les joueurs colombiens Radamel Falcao (AS Monaco) et James Rodriguez (Real Madrid), n’ont pas répondu non plus. Idem pour le comptable irlandais de Mendes, Andy Quinn, et le milliardaire Peter Lim, les sociétés MIM et Polaris.

Comme nous l’avons écrit dans notre article, les avocats de Cristiano Ronaldo, Senn Ferrero (en Espagne) et Carlos Osorio (au Portugal), nous ont indiqué que les documents en notre possession avaient été manipulés et falsifiés. L’EIC a fait tout ce qu’il pouvait pour authentifier ces documents. Ni Mediapart ni aucun de ses partenaires de l’EIC n’ont trouvé la moindre indication qui pouvait laisser penser qu’ils avaient été fabriqués, remodelés ou falsifiés. Aucun des documents publiés initialement par le site Football Leaks n’a par ailleurs jamais été mis en cause. Lorsque nous avons proposé à Senn Ferrero et à Carlos Osorio d’étayer leurs accusations, et de préciser à quels documents ils faisaient référence, ils n’ont pas donné suite.

Carlos Osorio affirme qu’il est totalement étranger à cette affaire : « Je n’ai rien à voir avec la création des structures de droits à l’image pour les personnes mentionnées. Je nie catégoriquement les accusations faites à mon encontre. »

Le Real Madrid a refusé de répondre à nos questions, justifiant sa réticence par le fait qu’un vol de documents était illégal. Le club a précisé que lorsqu’il versait des droits à l’image, il se pliait aux obligations fiscales, prélevait les impôts dus et les transférait à l’État conformément à la loi espagnole. Selon le Real, « aucune irrégularité de quelque nature que ce soit n’a jamais été détectée » lorsque les comptes du club ont été vérifiés.

L’administration fiscale espagnole n’a pas répondu à nos questions, au nom du secret fiscal.

En Grande-Bretagne, le club de Chelsea a expliqué qu’il avait toujours respecté la loi dans le paiement des droits à l’image, notamment dans le cas de José Mourinho. Les autorités fiscales anglaises n’ont pas souhaité répondre sur des situations individuelles, mais ont expliqué scruter « les arrangements entre les clubs et leurs employés sur les questions de droits à l’image pour s’assurer que les impôts sont bien payés ».

Par Michael Hajdenberg, Michel Henry, Yann Philippin

Dans les coulisses des Football Leaks – Avec Michaël Hajdenberg et Yann Philippin, journalistes à Mediapart, et la chronique d’Osons Causer

 

Football Leaks et l’industrie de la fraude fiscale

Invités :
Philippe Piat
, co-président de l’Union nationale des footballeurs professionnels
Bertrand Cauly, président du Syndicat national des agents sportifs
Jérôme Latta,  Les Cahiers du Football
Jean-François Brocard, maître de conférences au Centre de droit et d’économie du sport, spécialiste des agents sportifs

Animé par Fabrice Arfi et Michaël Hajdenberg


 

« Complément d’enquête ». Fraude, évasion fiscale : la guerre sans fin

Après les WikiLeaks et les LuxLeaks, voici les Football Leaks, ou les secrets de l’industrie du football. Au total, 18,6 millions de documents, contrats, factures, comptes bancaires, immatriculations de sociétés offshore… ont été étudiés par douze médias sur le modèle des « Panama Papers« . Les pratiques d’évasion fiscale de stars comme Cristiano Ronaldo ou José Mourinho font partie de révélations, publiées en France par Mediapart, qui vont s’étaler sur trois semaines à partir du 2 décembre 2016. Elles mettent en évidence un sport rongé par le profit : commissions occultes pour les transferts des plus grands joueurs, agents de l’ombre, droits publicitaires des plus grandes marques dissimulés dans des paradis fiscaux…

Luc Hermann, de Premières Lignes, a accompagné les journalistes de Mediapart pendant plusieurs semaines, dans le plus grand secret, pour décrypter les montages fiscaux complexes et enquêter sur le terrain.

Un document de Luc Hermann et Gilles Bovon.

Invité : Yann Philippin, journaliste à Mediapart.


La folle histoire de «Football Leaks»

Mediapart et le réseau European Investigative Collaborations ont eu accès à 1 900 gigaoctets de documents confidentiels. Une mine gigantesque d’informations, qui nous permet de révéler les coulisses peu reluisantes d’un foot business miné par l’appât du gain. Voici le récit de mois d’enquêtes et de relations avec une source contrainte de changer fréquemment de pays de résidence.

Ronaldo, 150 millions d’euros dans les paradis fiscaux

La superstar du Real Madrid a dissimulé, depuis 2008, 150 millions d’euros dans des paradis fiscaux, en Suisse et aux îles Vierges britanniques, selon les documents Football Leaks révélés par Mediapart et ses partenaires de l’European Investigative Collaborations (EIC). Ronaldo a d’abord caché son magot au fisc, puis s’est débarrassé de sa coquille offshore, éludant au passage 31 millions d’euros d’impôts.

Le système Mendes, une machine à blanchir

Le célèbre agent portugais Jorge Mendes a mis en place un montage offshore d’évasion fiscale d’une ampleur inédite au profit de sept stars du foot qu’il représente, comme le joueur Cristiano Ronaldo, l’entraîneur José Mourinho ou l’attaquant de l’AS Monaco Radamel Falcao. Ce système leur a permis de cacher un total de 188 millions d’euros de revenus au fisc, via l’Irlande, la Suisse, les îles Vierges britanniques et le Panama.

Jorge Mendes, le roi des agents, en pleine tourmente

L’agent le plus influent de la planète, qui a aidé sept stars du foot à dissimuler 185 millions d’euros, règne sur le marché des transferts et a bâti un petit empire à la rentabilité inouïe. Absence de contrats, faible gouvernance, accords troubles : les méthodes de son groupe Gestifute sont épinglées dans un audit confidentiel qui figure dans les documents Football Leaks.

Mourinho, îles Vierges et paradis fiscaux en cascade

L’entraîneur vedette de Manchester United, double vainqueur de la Ligue des champions, a caché 12 millions d’euros en Suisse au travers d’une société offshore qu’il contrôlait via un trust néo-zélandais. Des documents Football Leaks montrent que Mourinho a dissimulé des informations au fisc. Ce qui pourrait lui valoir des poursuites pénales.

Les avocats, hommes de l’ombre de l’évasion fiscale

Les Football Leaks montrent le rôle central joué par de grands cabinets d’avocats dans l’élaboration de schémas de dissimulation des fortunes générées par l’industrie du foot. Ils ne sont plus à l’abri des foudres de la justice.

Contrats, transferts, commissions: les clauses les plus folles du foot

Les milliers de contrats des Football Leaks contiennent d’innombrables arrangements, primes et gratifications. Découvrez l’équipe-type façonnée par Mediapart. Comme toute sélection, elle répond à des critères subjectifs : l’imagination dans les clauses, la gloutonnerie des joueurs ou encore l’improbabilité des montants.

Di Maria, Pastore et la mafia du foot argentin

Angel Di Maria et Javier Pastore touchent l’argent de leurs sponsors dans des paradis fiscaux. Leurs transferts, comme ceux de nombreux joueurs (Higuain, Falcao, etc.), ont également donné lieu à des commissions occultes via des agents argentins. Matchs achetés ou joueurs sélectionnés dans l’équipe argentine pour faire grimper leur cote font aussi partie des méthodes utilisées.

Aux Pays-Bas, à la poursuite des blanchisseurs

L’«Argentinian connection» du foot, qui compte dans son écurie les stars du PSG Angel Di Maria et Javier Pastore, a mis en place un incroyable circuit de blanchiment vers des paradis fiscaux, dont le cœur se situe aux Pays-Bas. Nous avons suivi les traces de l’argent à Amsterdam, où pullulent les hommes de paille et les sociétés-écrans.

Les paradis fiscaux de Paul Pogba

Les Football Leaks dévoilent la face cachée du business du joueur le plus cher de l’histoire du foot. La marque “Paul Pogba” se trouve depuis des années au cœur d’une guerre ouverte entre deux agents. D’abord exploités au Luxembourg, les droits à l’image du célèbre milieu des Bleus sont aujourd’hui entre les mains d’une coquille offshore immatriculée à Jersey, un paradis fiscal des îles anglo-normandes.

L’incroyable fiction de l’agent de Ronaldo et Mourinho pour gruger les impôts

Jorge Mendes n’est pas l’agent de Mourinho : tout ce qui se raconte sur le sujet depuis douze ans est faux. C’est ce qu’ont essayé de faire croire les deux hommes à l’administration fiscale espagnole pour payer moins d’impôts. Un argumentaire risible, qui illustre bien les méthodes du clan.

Comment les footballeurs mineurs sont tombés aux mains de mercenaires

Les jeunes joueurs constituent une mine d’or potentielle pour les agents, qui se jettent sur eux, dans le monde entier. Des règles existent: un intermédiaire n’est pas censé pouvoir gagner d’argent en travaillant pour un adolescent. Mais elles ne sont pas respectées. La FIFA navigue entre impuissance et ignorance.

Adidas a directement payé un joueur de l’OM au Panama

Tout est fait dans le monde du football pour que les clubs et les sponsors puissent prétendre ne rien savoir. Ils versent de l’argent en Europe, et disent ignorer les chemins qu’il emprunte ensuite. Trois années consécutives, Adidas a pourtant directement rémunéré le joueur marseillais Lucho González au Panama, un paradis fiscal.

Football Leaks: le fisc espagnol déclenche une vaste enquête

Le jour même où Cristiano Ronaldo a été désigné Ballon d’or, la division d’élite du fisc espagnol, en charge des dossiers les plus graves, a ouvert une enquête sur la star du Real Madrid et sur trente-six autres personnalités du football citées dans les Football Leaks. Elle demande à notre partenaire El Mundo de lui livrer un grand nombre de documents.

Condamné et banni, l’ex-agent star de Zidane continue de sévir en secret

Il fut l’agent star des années 1990 quand il s’occupait de Zidane, Deschamps ou Dugarry… Puis il est tombé, condamné pour des magouilles en série. Il n’a plus le droit d’exercer. Mais les documents Football Leaks démontrent qu’il poursuit une activité en sous-main. Quand il n’investit pas sur des mineurs, Luciano D’Onofrio achète des bouts de joueurs, en place secrètement d’autres en Arabie saoudite.

Les pires coups tordus des agents de joueurs

Ils sont au centre du jeu, de toutes les transactions. Ils font fortune, dictent la politique sportive des clubs, s’engraissent sur le dos de mineurs ou d’inconnus. Sans être jamais inquiétés.

Doyen Sports : une pieuvre aux connexions mafieuses

Doyen Sports, l’un des plus gros fonds d’investissement du football européen, est contrôlé par une famille d’oligarques kazakho-turcs aux connexions mafieuses. Elle blanchit son argent aux îles Vierges britanniques. Et l’un de ses membres était le « boss » d’un trafic de prostituées mineures.

Caisse noire et commissions occultes: la méthode Doyen

Doyen Sports a payé 10,8 millions de commissions occultes pour les transferts de ses joueurs, dont les internationaux français Kondogbia et Mangala. Caisse noire, fausses factures, filles de l’Est: les méthodes de Doyen et de son patron Nelio Lucas.

Le président du Real Madrid, les prostituées et l’argent sale

Pour vendre le joueur français Kondogbia au Real Madrid, Doyen Sports a organisé une fête avec des prostituées pour le président du club, Florentino Perez – qui dit ne pas y être allé. Doyen versera une commission occulte de 785 000 euros lors du transfert du joueur à Monaco.

Quand Doyen voulait racheter l’OM

Le fonds d’investissement a mis un pied dans le club marseillais à l’été 2015, pensant y faire affaire. Il a même espéré le racheter et a proposé à Margarita Louis-Dreyfus d’investir dans un port au Brésil. Mais la relation s’est délitée, au fil de transferts rocambolesques et guère avantageux pour l’OM.

La folle histoire du transfert d’Imbula de l’OM à Porto

Vente de complaisance, tentative d’achat de parts du joueur malgré l’interdiction, commission à un agent banni : le transfert en 2015 du Français Giannelli Imbula de l’Olympique de Marseille à Porto est un nid d’embrouilles concocté par Doyen, alors en pleine lune de miel avec le club phocéen.

TPO: les dessous du business qui a gangrené le football

Jusqu’en 2015, agents et fonds d’investissements ont pu acheter et revendre des parts de joueurs sans leur demander leur avis, alimentant une folle spéculation. Révélations sur les coulisses peu reluisantes de ce business très rentable. Il a permis à des acteurs comme Doyen Sports de régner sur les transferts et de dicter leur loi aux clubs.

Vente à la découpe des joueurs: comment contourner l’interdiction

Depuis mai 2015, un fonds d’investissement ne peut plus en théorie acheter des bouts de joueurs sur lesquels il spécule. Mais la nouvelle réglementation n’est pas stricte : agents et investisseurs ont déjà exploré les mille façons de la contourner.

Le trouble business du propriétaire de l’AS Monaco avec l’agent Jorge Mendes

L’oligarque russe Dmitri Rybolovlev, président de l’AS Monaco, disposait d’un fonds d’investissement qui achetait en secret des parts de joueurs. Certains sont passés par son club, malgré le risque de conflit d’intérêts. Le tout en partenariat avec le super agent portugais Jorge Mendes, qui a encaissé 6,85 millions d’euros grâce à ces opérations douteuses.

L’Espagne a taxé les transferts de footballeurs du paradis fiscal monégasque

Les documents Football Leaks révèlent que l’AS Monaco a versé environ 11,7 millions d’euros d’impôts en Espagne sur la vente de trois de ses joueurs… au motif que la Principauté est considérée par Madrid comme un paradis fiscal. Le club a dû se résoudre à payer, même s’il a aussi déposé un recours pour contester la douloureuse.

Les loups de Wall Street à l’assaut du football

La finance s’est emparée du monde du football. Fin 2015, la société XXIII a ainsi racheté pour 73 millions de dollars de dettes de transferts. Elle a ensuite mélangé ces dettes de clubs au sein d’un produit financier, qu’elle a revendu à la découpe. Et qui s’est retrouvé à Wall Street, puis à la bourse des îles Caïmans. Façon subprimes.

Les manœuvres offshore du repreneur du club de Lille

Spéculation sur des joueurs mineurs, acquisition du Losc via une coquille aux îles Vierges, sociétés-écrans au Panama et à Hong Kong, soupçons de blanchiment : Mediapart, France 3 et Mediacités ont enquêté sur les méthodes troubles du financier luxembourgeois Gérard Lopez, en passe de racheter le club de football lillois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s