Robert Redeker : «Le but de la politique est la continuation de la nation dans la durée»

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Le mot de «valeur» est prisé à gauche comme à droite. Le philosophe Robert Redeker dénonce l’usage de ce terme galvaudé qui dissimule une faillite de la politique et le triomphe du vide idéologique.

Professeur agrégé de philosophie, Robert Redeker est écrivain. Il a notamment publié Le soldat impossible (éd. Pierre-Guillaume de Roux, 2014) ; Bienheureuse vieillesse (éd. du Rocher, 2015) et dernièrement L’École fantôme (éd. Desclée De Brouwer, 2016).

redeker

FIGAROVOX. – Le mot «valeur» est partout en politique. On parle sans cesse des valeurs de la République. Qu’y a-t-il derrière l’omniprésence de ce mot?

Robert REDEKER. – Pas grand-chose de consistant. Les valeurs ne sont ni des idées, ni des concepts, ni des principes. L’invocation politique rituelle des valeurs est une mode très récente. Plongez-vous dans la littérature politique d’il y a une trentaine d’années seulement, écoutez les discours d’alors, vous constaterez l’absence de ce recours obsessionnel aux valeurs. Au lieu de révéler ce que l’on pense, le mot valeur le dissimule. Pourquoi? Parce qu’il est aussi vague qu’abstrait. Il peut aussi cacher que l’on ne pense rien du tout, que l’on n’a pas de conviction arrêtée, justifier tous les revirements. Le même Premier ministre peut au nom des valeurs user et abuser du 49.3 avant de mettre à son programme présidentiel la suppression de ce 49.3 pour honorer ces valeurs!

De trop nombreux politiciens sombrent dans l’illusion suivante: les valeurs sont les buts de l’action politique. Pourquoi faire de la politique? Pour les valeurs! C’est-à-dire pour du vide! Funeste erreur! On fait de la politique pour la nation, pour la France, pour le peuple, pour le social, pour l’histoire, jamais pour des valeurs. Les valeurs ne constituent ni la réalité d’un peuple ni un projet de société, ces objets de la politique. Elles sont trop inconsistantes pour définir un projet de cette nature. Les valeurs ne sont que le cadre à l’intérieur duquel la politique peut se déployer. Elles ne sont pas un programme, elles sont des bornes. Les valeurs sont hors politique, elles sont extra-politiques. Loin d’avoir affaire aux valeurs, la politique rencontre les projets, les réalités et, par-dessus tout, la nation et le souci du bien commun. .

À gauche particulièrement, ce mot est dans toutes les bouches…

La rhétorique creuse des valeurs est le linceul dans lequel a été enveloppé le cadavre de la gauche. C’est une thanatopraxie, le maquillage du cadavre. Cette fatigante psalmodie sur les valeurs évoque les récitations funéraires. C’est parce qu’elle est morte, parce qu’elle n’a plus rien à dire, plus rien à proposer pour l’avenir à partir de son passé (le socialisme), que la gauche se gargarise, de tréteaux en tribunes, avec les valeurs. Les valeurs fournissent la matière d’une péroraison se substituant aux défuntes promesses de socialisme (le progrès social, l’émancipation dans et par le travail).

La thématique des valeurs est le dispositif que la gauche a bricolé pour basculer de la défense des classes populaires («les travailleurs» comme, elle disait d’un mot que symptomatiquement elle n’emploie jamais plus) vers celle des minorités sexuelles et ethniques. La gauche a abandonné son projet social (réaliser la justice économique) pour lui substituer un projet anthropologique (l’exaltation des différences sexuelles et culturelles). Le discours sur les valeurs a permis de prendre ce virage.

Autrement dit, l’invocation des valeurs est le moyen trouvé par la gauche pour abandonner les classes populaires. L’extrême-droite récupère la mise. Dernier point: ce discours sur les valeurs est aussi l’instance qui la dispense la gauche du devoir d’inventaire. La ridicule prestation de Ségolène Royal aux obsèques de Fidel Castro est, à cet égard, pleine d’enseignements: la gauche ne parvient pas à condamner totalement certaines dictatures sanguinaires, donc à liquider l’inventaire, parce que celles-ci ont prétendu s’appuyer sur les idéaux (l’égalité, la justice, le partage, etc.…) dont elle se veut le bras armé.

Lors de la primaire de la droite, les électeurs étaient invités à signer la charte des valeurs de la droite et du centre. Pour exprimer leur souhait que la droite retrouve son identité, beaucoup évoquent la «droite des valeurs». Est-ce le bon chemin que la droite emprunte?

Je réponds en trois temps. D’une part, la droite s’est laissé imposer par une gauche pourtant en coma dépassé l’obligation d’en appeler sans cesse aux valeurs. Par la reprise de cette thématique, la droite se croit obligée de répliquer aux accusations permanentes d’anti-républicanisme et au soupçon larvé de racisme, de fascisme, voire d’inhumanité, que la gauche fait peser sur elle. Nous avons dans ce soupçon et dans la propension de la droite à y répondre, l’ultime résidu de feu l’hégémonie idéologique de la gauche. Mieux: la dernière métastase de l’antifascisme. D’autre part, évoquer des «valeurs de droite» revient à les relativiser. Le relativisme pointe le bout de son nez dès que l’on latéralise politiquement les valeurs. Si des valeurs existent, elles sont universelles. Il est plus pertinent de parler d’idées et de programmes de droite ou de gauche.

À ces deux remarques il faut ajouter une précision. Les valeurs ne sont pas le contenu de l’action politique, mais ses frontières. Elles ne disent rien de positif, elles tracent des limites. Elles définissent un intérieur et un extérieur. La laïcité, par exemple, que l’on hisse au statut de valeur, est une telle frontière: elle exprime une limite à ne pas dépasser dans l’expression publique d’un sentiment religieux. À l’image de toutes les valeurs elle fonctionne comme le démon de Socrate: une voix intérieure qui dit non. Ainsi de toutes les valeurs. Ces frontières s’imposent à la droite comme à la gauche.

Une civilisation est-elle définie par des valeurs, des coutumes, des attachements?

Pas uniquement. Les aspects dont vous parlez procure à l’existence collective d’un peuple sa couleur, sa particularité. Si on se limite à ces aspects, on parlera plutôt d’une culture. La culture, toujours particulière, toujours bornée, toujours nationale, est le terreau à partir duquel une civilisation peut germer et se développer. Une civilisation se définit par ce qu’elle donne au monde, et qui est pourtant marqué du sceau de la culture qui la nourrit.

La France donne au monde, entre autres choses, Molière et Stendhal, dont les œuvres n’auraient pu voir le jour ailleurs. Elle donne au monde son architecture, sa musique, ses savants, et même sa gastronomie… C’est le don irremplaçable, insubstituable, qui définit une civilisation plutôt que seulement ses valeurs et coutumes.

La référence aux valeurs va souvent de pair avec le discours «droits-de-l’hommiste». N’y a-t-il pas un paradoxe entre des valeurs qui peuvent impliquer une forme de relativisme et des droits de l’homme qui sont considérés comme naturels et objectifs, dépassant les volontés humaines?

Les droits de l’homme, devenus les droits humains, sont une invention métaphysique du XVIIIe siècle. Ils sont suspendus dans les nuées. Ils servent de principes structurant l’action politique, et non, comme les valeurs, de frontières. Ils sont affirmatifs, positifs, et non limitatifs, négatifs. La différence est alors celle-ci: posés au départ, les droits de l’homme ne sont pas déduits, ils sont une hypothèse politique, tandis que les valeurs sont un résultat, une construction politique.

Plutôt que de paradoxe, je parlerai de jeu, comme d’un roulement à billes «qui a du jeu»: une valeur comme la laïcité trace la frontière que la liberté de penser et de croire, comprise dans les droits de l’homme, ne peut dépasser. Néanmoins il faut éviter d’être la dupe de ces droits de l’homme: ils n’ont rien d’évidents ni de nécessaires, ils sont une illusion métaphysique propre à une certaine civilisation. Ils n’auraient pu être inventés ailleurs que dans l’Europe chrétienne et rationaliste. Ils sont enfants d’une certaine civilisation, la nôtre. Ils ne sont pas universels, mais universalisables.

L’histoire est faite de mots comme la nation ou la République qui sont davantage des êtres voire des personnes morales et fictives que des concepts ou des idées. Diriez-vous que l’abus du mot «valeur» traduit une certaine impuissance du politique, qui n’est plus en prise avec le réel?

Guettée par le relativisme, souvent thanatopraxique, la péroraison sur les valeurs fait oublier l’essentiel, qui est ceci: le but de la politique est d’assurer la survie d’un peuple dans la durée malgré les vicissitudes et selon le souci du bien commun. La République est une structure politique, qui dans notre histoire s’est appelée tantôt monarchie, tantôt empire, ou tantôt «république» (au sens de démocratie). La nation est l’âme de cette structure.

C’est une âme qui survit à chaque vie individuelle qu’ainsi qu’aux différents états de la République (les régimes politiques). C’est aussi une âme fragile, qui peut disparaître si on ne la nourrit pas (par la transmission). Qu’est ce que l’éducation publique sinon une forme de transmigration de cette âme, la nation, qui renaît de génération en génération? L’éducation est bel et bien une métempsychose politique. Le but final de la politique est la continuation de la nation dans son originalité irremplaçable par-delà l’existence et les intérêts de chacun. C’est de cela bien plus que des valeurs que gauche et droite doivent parler.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s