Google contre Wikileaks

En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley.

Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La collision Assange/Schmidt déferlera sur le rôle, le pouvoir et le contrôle de la Toile, la  » colonisation digitale  » de Google, ses relations avec le gouvernement américain et ses répercussions sur la vie privée, la surveillance de masse et la liberté d’expression. Enregistré sur magnétophone, Eric Schmidt ignorait que Julian Assange ferait un jour un livre de leur confrontation.

Google contre WikiLeaks est l’histoire de l’affrontement entre Schmidt et Assange, et tente de répondre à cette lancinante question : qui a réellement rendu visite à Julian Assange ce jour-là ? Fascinant et inquiétant, il contient la transcription intégrale de leur face-à-face et des textes additionnels écrits par Assange pour l’occasion, offrant la meilleure source disponible sur sa vision de l’avenir de l’Internet.

Julian Assange est né en 1971 sur l’Île Magnétique en Australie. Informaticien et cybermilitant, il est le fondateur et le porte-parole de WikiLeaks. Inscrit sur la liste des personnes les plus recherchées des Etats-Unis, il vit réfugié à l’ambassade d’Equateur à Londres depuis juin 2012.


Google contre Wikileaks : Julian Assange frappe fort (Breizh-info)

Google contre Wikileaks. Julian Assange a décidé, dans un livre paru aux éditions Ring en ce mois de Mai, de révéler le contenu de sa confrontation avec le président de Google (de 2001 à 2011) et plusieurs fois invité du groupe de Bilderberg, Eric Schmidt.

Le fondateur de WikiLeaks vit depuis six ans enfermé dans l’ambassade d’Équateur à Londres. Il a publié, sur le site WikiLeaks, plusieurs millions de documents confidentiels relatifs aux modes opératoires de l’armée américaine en Irak. Il a également dénoncé les circuits de corruption des dictateurs africains ou de certaines compagnies russes offshore, avant d’être poursuivi, et abandonné par de nombreux Etats susceptibles pourtant de le protéger.

WikiLeaks est en effet une organisation non-gouvernementale fondée par Julian Assange en 2006 dont l’objectif est de publier des documents pour partie confidentiels ainsi que des analyses politiques et sociales à l’échelle mondiale. Sa raison d’être est de donner une audience aux lanceurs d’alertes et aux fuites d’information, tout en protégeant ses sources. Plusieurs millions de documents relatifs à des scandales de corruption, d’espionnage et de violations de droits de l’Homme concernant des dizaines de pays à travers le monde ont été publiés sur le site internet depuis sa création.

En juillet 2010 Assange avait commencé à publier via Wikileaks des milliers de câbles diplomatiques américains. Il accélère le mouvement fin 2010, en publiant plus de 250.000 au total. Le 1er décembre 2010 Amazon supprime Wikileaks de ses serveurs. Au même moment, Bank of America, Visa, Mastercard et PayPal suppriment les comptes de Wikileaks.

Moins d’un mois après le début de la publication des premiers documents Assange est accusé de viol par la justice suédoise (accusation abandonnée depuis) et menacé d’expulsion vers les États-Unis. L’Équateur lui accorde l’asile politique mais le Royaume-Uni l’empêche de prendre l’avion et l’assigne à résidence avec bracelet électronique. En juin 2012 il se réfugiera à l’ambassade d’Équateur à Londres où il se trouve toujours au 16 mai 2018.

Mais c’est en juin 2011 que Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. Au moment où Assange reçoit l’équipe de Google, il ne sait pas à qui il a véritablement affaire.

Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La collision Assange/Schmidt déferlera sur le rôle, le pouvoir et le contrôle de la Toile, la  » colonisation digitale  » de Google, ses relations avec le gouvernement américain et ses répercussions sur la vie privée, la surveillance de masse et la liberté d’expression. Enregistré sur magnétophone, Eric Schmidt ignorait que Julian Assange ferait un jour un livre de leur confrontation.

Google contre WikiLeaks est l’histoire de l’affrontement entre Schmidt et Assange, et tente de répondre à cette lancinante question : qui a réellement rendu visite à Julian Assange ce jour-là ? Fascinant et inquiétant, il contient la transcription intégrale de leur face-à-face et des textes additionnels écrits par Assange pour l’occasion, offrant la meilleure source disponible sur sa vision de l’avenir de l’Internet.

Tout au long de la journée du 23 juin 2011 et pendant trois heures les protagonistes échangent librement mais c’est surtout Schmidt qui pose les questions et Assange qui répond. Les lecteurs doivent se reporter au livre, passionnant et vibrant de bout en bout, démontrant que la devise de Google Don’t be evil (ne soyez pas diabolique) cache en réalité son contraire. Comme l’indique la page de garde :

Headphones connected to the headphones
Headphones connected to the iPhone
iPhone connected to the Internet
Connected to Google
Connected to the government

Casques connectés aux casques
Casques connectés à l’iPhone
iPhone connecté à l’Internet
Connecté à Google
Connecté au gouvernement

Ce livre présente les fondements et les objectifs de Wikileaks. Recevoir et diffuser l’information des lanceurs d’alerte et des journalistes censurés, sans faire généralement de tri au préalable, du moment que le bien soit plus grand que les préjudices. Pourtant, les propos du dirigeant de Wikileaks n’ont pas l’écho escompté, ni de soutien ouvert, sauf quand il s’agit de l’admiration vis-à-vis de ses manières de procéder et de penser son système global.

Ce livre permet de plonger dans le monde du world wide web, des nouvelles technologies et de ses évolutions, mais aussi des conséquences qu’aura la main mise sur ces outils de grandes multinationales comme Google, notamment sur la liberté d’informer, et d’être informé, de posséder à la fin toujours son libre arbitre. Êtes-vous réellement certain de le posséder encore lorsque vous parcourez la galaxie Internet ? Ce livre propose quelques réponses glaçantes, saisissantes, inquiétantes. Il faut le lire pour comprendre ce qui se trame à l’avenir et les menaces qui nous guettent.


Wikileaks contre Google : le combat d’Assange, toujours sur le ring (Contrepoints)

« L’histoire secrète de ma confrontation avec le président de Google » de Julian Assange sort enfin en France aux éditions Ring.

Par Louise Alméras.

L’un des hommes les plus recherchés par les États-Unis reçoit en juin 2011 un visiteur pour le moins inattendu. Le président de Google, Éric Schmidt, lui demande une interview en vue d’un traité à paraître avec son acolyte Jared Cohen, à la tête de Google Ideas, ancien du département d’État (département fédéral chargé des relations internationales aux États-Unis) : le futur The New Digital Age paru en 2013. Assange est alors en résidence surveillée dans le Norfolk britannique. Un an plus tard, il commence sa détention à l’ambassade équatorienne de Londres et en mai 2014 paraît son livre aux éditions new-yorkaises OR Books : l’ultime alerte. Depuis le 16 mai 2018, la version française est désormais disponible.

Du contrôle de la Toile à celui des territoires

Quatre personnes sont venues jusqu’à Julian Assange et, comme il l’écrit, il « s’étonne que la montagne vienne à Mahomet ». Éric Schmidt mène la conversation, accompagné de Lisa Shields (vice-présidente du Council on Foreign Relations et diplômée de Columbia en journalisme), Jared Cohen et Scott Malcomson (directeur de la communication de l’International Crisis Group et membre à vie du Council on Foreign Relations). Les relations internationales ont la part belle ici. Qu’est-il arrivé à Google?

Éric Schmidt a oublié son magnétophone, c’est donc Julian Assange qui se charge d’enregistrer l’entretien, ou plutôt les ambitions informelles. Car Éric Schmidt n’est pas seulement un passionné de technologie et de cyber-pouvoir ; la géopolitique et surtout la vision de la politique étrangère américaine ne lui sont, pour le coup, pas étrangères. Si le Printemps Arabe fût le moment où l’activité de Wikileaks était menée tambour battant, lui donnant son heure de gloire, il fût aussi l’un des gros cas pratiques du lien entre le pouvoir de la Toile et celui des États-Unis. Ils ne manquent pas de rire pourtant, mais l’entretien ressemble à celui de deux chefs d’États chargés de diriger des armées, aux buts, sinon opposés, du moins séparés.

D’un côté, le dirigeant de Google cherche à comprendre l’intérêt de diffuser des documents officiels pour prévenir l’action des groupes organisés ou des gouvernements, mais surtout de rendre accessibles ces informations au public, de l’autre est réitérée l’ambition de justice et de contre-pouvoir face à celle-ci. Wikileaks a voulu prévenir des menaces en diffusant les informations qui « découragent les comportements injustes » et se retrouve à en être l’une des plus grosses à étouffer. S’il combat les mensonges, c’est aussi parce que les guerres du XXème siècle sont souvent parties de là. « C’est une occasion extraordinaire, parce que cela signifie que les populations n’aiment pas les guerres et qu’il faut leur mentir. Cela signifie que la vérité peut nous emmener vers la paix. C’est un grand espoir », confie Julian Assange.

Nous pénétrons ainsi dans l’antre de la Toile géante, de son implication dans les mouvements politiques et certains soulèvements des peuples, aux problèmes technologiques et leurs solutions.

Bientôt, le duo Google se dévoile comme une diplomatie parallèle du pouvoir américain, un outil utile pour ce que la CIA ne peut effectuer, ou encore comme un agent de la surveillance de masse rompus aux relations inter-gouvernementales au service des États-Unis. Éric Schmidt semble être celui qui peut à la fois poser et répondre aux questions : « Où se dirige l’avenir des États-Unis ? » et « Que veulent-ils ? »

Un lanceur d’alerte sur l’avenir de l’Internet

Le fondateur de Wikileaks est un lanceur d’alerte, un cyber-militant et il connaît les possibilités de l’avenir de l’Internet, c’est ce qui intéresse aussi les représentants de Google pour rédiger leur livre. Quand Julian Assange expose son intérêt pour structurer l’information intellectuelle, ce patrimoine humain, et le rendre plus optimale en quelques sorte, Google s’intéresse plutôt au fantasme de voir se lever un nouveau type de révolutionnaires, des consultants nouvelle génération, pour construire une culture politique. Le premier cherche à guider, éclairer et à faire réfléchir. L’autre, étant l’oeil, la bouche et l’oreille fidèles de Big Brother, renifle les possibilités de juguler les remous des hommes un peu trop libres et pensants. Ils se passionnent pour leur sujet. À les lire, le cyber-terrorisme serait même l’avenir du terrorisme.

Julian Assange veut affaiblir les centres de pouvoir menaçants quand Google souhaite tirer profit de la possibilité d’orienter l’opinion pour laisser les États choisir les limites à respecter ou non. La liste est encore longue de leurs divergences de vues et d’actions. D’ailleurs, l’enregistrement produira deux livres, un pour chacun des camps, ce qui n’était évidemment pas prévu. Comment ces deux génies de la Toile sont-ils parvenus à ce point de discorde? Quel est, finalement, le rôle des États-Unis dans la gestion de l’information internationale ?

Une autre question se pose ici. Cet entretien, suivi des notes de Julian Assange, présente la rhétorique et la théorie de l’action de Wikileaks, au but ouvertement pacifiste et presque spirituel, comme le souligne Lisa Shields. Il rappelle aussi la nature de la création de Wikileaks : recevoir et diffuser l’information des lanceurs d’alerte et des journalistes censurés, sans faire généralement de tri au préalable, du moment que le bien soit plus grand que les préjudices. Pourtant, les propos du dirigeant de Wikileaks n’ont pas l’écho escompté, ni de soutien ouvert, sauf quand il s’agit de l’admiration vis-à-vis de ses manières de procéder et de penser son système global.

L’apocalypse orwelienne en marche : la liberté est-elle l’apanage du pouvoir ou celle du peuple ?

Pourquoi les dirigeants de Google s’intéressent-ils tant à un militant de l’information libre ?

Hillary Clinton considère WikiLeaks comme un danger, « une attaque contre la communauté internationale » qui « affaiblirait le coeur du pouvoir gouvernemental ». Ce coeur, c’est celui ô combien nourri de trahisons, de confidences, entre ennemis ou alliés communs, de contradictions entre les mots divulgués au public et ceux murmurés en privé. Il bat, mais à quel prix. Puis, la publication de The New Digital Age évoque le propos du Pentagone en 2010 : « Les informations publiées sur WikiLeaks mettent des vies en danger ». Ce qui n’a jamais été directement prouvé, comme pour l’action de Chelsea Manning d’ailleurs, un autre lanceur d’alerte condamné par les États-Unis pour espionnage.

La liberté n’est justement pas la fin poursuivie par Google, mais le moyen pour parvenir à la « colonisation digitale ». La comprendre, c’est la discréditer, du moins la maîtriser.

Au moment où Assange reçoit l’équipe de Google, il ne sait pas à qui il a véritablement affaire. C’est après l’entretien qu’il se renseigne plus avant sur le passé et le présent de ses visiteurs. Il découvrira alors leur véritable position et leur pouvoir bien plus prégnant qu’il n’y paraissait alors. Enfin, le décryptage qu’il offre sur la reprise de ses propos par Éric Schmidt et Jared Cohen permet de mieux saisir l’état d’esprit dans lequel ils ont voulu écrire leur livre et avec lui, peut-être, l’avenir de l’Internet.

Quand il dénonce les « shibboleths washingtoniens » et autres « orthodoxies du département d’État », présents dans le livre publié par le duo Google Schmidt et Cohen, qu’il est parvenu à se procurer de sa prison, c’est pour souligner, encore une fois, le rôle géopolitique du géant technologique au service du pouvoir américain. Même si Washington y trouve son compte quand il leur fait faire le sale boulot… À la place de la CIA parfois.

Mais que veut véritablement Éric Schmidt, son équipe et ses partenaires, officiels et officieux ? Qu’est-ce que son bras armé et virtuel pourra-t-il encore faire sur la scène géopolitique à l’international ? Que se passe-t-il vraiment ? Ce livre est une entrée dans le monde de la technologie, un appel à s’informer librement et en vérité et peut-être aussi un dernier cri d’alarme avant que Google ne s’empare des derniers bastions contre le mensonge : les lanceurs d’alerte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s